Deutsche Telekom annonce un recul de 20% de son bénéfice trimestriel

 |   |  390  mots
Le premier opérateur téléphonique européen traverse une mauvaise passe. Au troisième trimestre de son exercice, son résultat net a reculé de 20% à 1,95 milliards d'euros pour un chiffre d'affaires qui a augmenté très légèrement de 2,8% à 15,5 milliards d'euros. Les analystes du consensus recueillis par l'agence Bloomberg s'attendaient toutefois à un bénéfice net inférieur à 968 millions d'euros pour des ventes à 15,3 milliards d'euros. Mais cet écart sur le bénéfice est essentiellement attribuable à la comptabilisation d'un crédit d'impôt différé aux Etats-Unis. Hormis cet élément exceptionnel, le bénéfice aurait reculé de 34% à 980 millions d'euros.Le directeur général du groupe Kai-Uwe Ricke avait revu deux fois en baisse ses perspectives de ventes sur les lignes fixes cette année, qui se détériorent déjà depuis 3 ans, et exprimé son intention de supprimer 32.000 postes. Le groupe a en plus annoncé aujourd'hui une baisse de ses coûts de 2 milliards d'euros l'an prochain et de 5 milliard d'ici 2010. Par ailleurs, Deutsche Telekom souhaite vendre pour 3 milliards d'euros d'actifs dans les trois ans à venir. La division T-Com de téléphonie fixe a enregistré un excédent brut d'exploitation (Ebitda) en recul de 14% sur un an à 2,06 milliards. Mais la division de téléphonie mobile T-Mobile affronte aussi des difficultés, dans un marché saturé où la concurrence s'intensifie aux Etats-Unis. T-Mobile USA a attiré 802.000 nouveaux clients entre juillet et septembre, environ moitié moins que l'an dernier sur la même période. Au total, le groupe a enregistré moins de ventes qu'attendues par les analystes outre-Atlantique, en Allemagne et en Grande-Bretagne. La division T-Mobile affiche un excédent brut d'exploitation en baisse de 1,8% à 2,68 milliards d'euros. Enfin, la division de services informatiques T-Systems, n'a guère mieux fait, avec un excédent brut d'exploitation en recul de 39%, Deutsche Telekom évoquant toujours une pression concurrentielle sévère. "La situation est critique, avec le recul des marges et la pression continue sur les prix en Allemagne", commente Ulrich Trabert, analyste chez Bankhaus Metzler interrogé par l'agence Bloomberg à Francfort, qui apprécie cependant le programme de réduction de coût. Le groupe a néanmoins confirmé son objectif de bénéfice net sur l'année compris entre 61,5 et 62,1 milliards d'euros.A la Bourse de Francfort, l'action cède 0,3% à 13,41 euros à mi-séaance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :