PSA lancera une voiture hybride-diesel en 2010

 |   |  687  mots
Le constructeur automobile a développé deux démonstrateurs "Hybride HDI" à partir de ses deux modèles, la Peugeot 307 et la Citroën C4. L'hybride diesel permet d'économiser environ 25% de carburant.

La France aura bientôt sa "Prius", mais en version diesel... C'est ce qu'a promis ce matin le PDG de PSA Peugeot-Citroën sans jamais citer, bien sûr, le nom de la fameuse voiture hybride du concurrent japonais Toyota. Lors d'une conférence de presse, Jean-Martin Folz, a ainsi annoncé que son groupe lancera des "véhicules hybride diesel sur le marché à l'horizon 2010" pour contribuer aux efforts français en matière de réduction de gaz à effet de serre. Le transport automobile est en effet responsable d'un quart des émissions de CO2 et ces dernières ont bondi de 23 % depuis 20 ans...

PSA, qui se revendique "constructeur citoyen", a donc développé deux démonstrateurs "Hybride HDI" à partir de ses modèles phares Peugeot 307 et Citroën C4. "Ces deux voitures ont été homologuées à 3,4 litres et 90 grammes de CO2 au cent kilomètres, cela représente un gain en consommation et en émissions de l'ordre de 30 %", s'est félicité Jean-Martin Folz. Ces performances correspondent au souhait exprimé en septembre dernier par le Premier ministre, Dominique de Villepin, de voir arriver sur le marché "une voiture familiale consommant moins de 3,5 litres au cent". "90 grammes de CO2 par kilomètre, c'est mieux que tout ce qui se fait aujourd'hui", s'est félicité Jean-Martin Folz en faisant allusion aux performances environnementales de la Toyota Prius (104 grammes/km). Aujourd'hui, PSA annonce une moyenne de 148 grammes sur kilomètres pour l'ensemble de sa gamme.

A la différence du japonais qui a parié sur un moteur hybride électrique-essence, le constructeur français a donc opté pour un moteur hybride-diesel, qui présente selon lui tous les avantages. Outre le fait que le marché européen est désormais acquis au gazole, le diesel serait d'ores et déjà "20 % plus économique que l'essence". Et l'hybride diesel afficherait "un gain de 1 litre au cent kilomètres sur cycle mixte" (soit d'environ 25 %) par rapport à un hybride-essence type Prius. En outre, l'hybride HDI "est moins cher à produire" que les moteurs hybride à essence, a assuré Jean-Martin Folz.

Les deux démonstrateurs hybrides de PSA partagent la même conception : un moteur diesel HDI de 1,6 L de 92 CV équipé d'un filtre à particules combiné à un moteur électrique d'une puissance de 16 kW. Le constructeur a ajouté à ce bloc hybride le système "Stop and Start" de Valeo qui coupe automatiquement le moteur dès que le constructeur lève le pied de la pédale d'accélérateur, et une boite de vitesse séquentielle à 6 rapports.

Concrètement, la voiture est en mode "zéro émission" lorsqu'elle roule en ville en dessous de 50 km/heure en faisant appel à son moteur électrique. Dès que le conducteur appuie un peu plus sur l'accélérateur, le moteur diesel prend le relais en offrant des performances similaires à un diesel classique. La batterie électrique se recharge alors automatiquement, grâce à l'energie cinétique récupérée au freinage. Parmi les autres avantages de l'hybride HDI conçu par PSA, une fonction "boost" permettra d'ajoindre la puissance du moteur électrique à celle du moteur diesel avec un gain de 35 %, pour, par exemple, dépasser un autre véhicule. Sur simple pression d'un bouton, on pourra aussi rouler en mode 100 % électrique dit "ZEV" (pour zéro émission), tant que la charge de la batterie le permettra.

Bref, l'hybride selon PSA Peugeot-Citroën, "c'est la voiture de demain". Mais Jean-Martin Folz a souligné qu'il fallait encore lui trouver "un modèle économique viable". Selon lui, les automobilistes seraient prêts à accepter "un surcoût comparable à celui existant aujourd'hui entre un véhicule essence et un véhicule diesel". Soit 1.500 à 2.000 euros. Mais pas au-delà. Le patron de PSA promet donc un gros effort de recherche de la part de son groupe qui est candidat pour piloter un projet "hybride HDI" financé par l'Agence de l'innovation. L'A2i dispose d'une enveloppe de 100 millions d'euros pour aider au développement de la voiture propre. Ce ne sera pas de trop si PSA, aujourd'hui très en retard sur Toyota (qui a déjà vendu plus de 500.000 Prius), veut vraiment être au rendez-vous de la voiture hybride en 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :