Du BTP à l'énergie, les grandes manoeuvres continuent en Espagne

 |   |  362  mots
Les champions hispaniques de la construction, dopés par des années de croissance qui ont alimenté l'activité du BTP, continuent leurs emplettes. Notamment dans le secteur de l'énergie.

La croissance espagnole de ces dernières années, en dopant l'activité du BTP, a généré des géants dans ce secteur qui ont amassé un immense trésor de guerre. Aujourd'hui, ils le dépensent. Le groupe français de construction et de concessions Eiffage en sait quelque chose. Il a vu l'un de ces riches espagnols du bâtiment, Sacyr Vallehermoso, monter brusquement dans son capital pour en devenir le premier actionnaire avec près de 33%. Depuis, le patron d'Eiffage, Jean-François Roverato tente, avec ses nombreux actionnaires salariés mais peut-être aussi avec un autre groupe espagnol OHL comme l'a révélé récemment La Tribune, d'organiser la riposte.

Mais Sacyr n'a pas qu'un seul fer au feu. Il est ainsi entré dans le capital de son compatriote, le grand groupe pétrolier hispanique Repsol. Il en a d'abord pris 9,24% à la surprise générale et monte aujourd'hui à 15% (avec 10% des droits de vote), sachant qu'il a clairement affiché sa volonté de porter sa participation à 20%. Et il souligne au passage qu'il n'a pas l'intention de se désengager totalement ou partiellement de Sacyr pour financer sa montée dans Repsol.

Pour preuve que Sacyr a décidément les poches profondes, il est aussi en lice pour acquérir la très rentable société autoroutière espagnole Europistas (70,2 millions d'euros de chiffre d'affaires et 22,7 millions de bénéfices en 2005), d'autant que son compatriote du BTP et de l'ingénierie Isolux a retiré son offre concurrente ce mercredi.

Mais il n'y a pas que Sacyr en Espagne. L'autre géant du BTP et des services ACS affiche lui aussi ses appétits. Il a annoncé ce mercredi avoir porté sa participation de 35,9% à 40,47% dans Union Fenosa, troisième opérateur électrique espagnol, pour 550,75 millions d'euros. Le constructeur espagnol, présidé par Florentino Perez, ex-président du Real Madrid, continue ainsi à se renforcer dans le secteur de l'énergie après avoir porté sa participation dans le numéro deux espagnol de l'électricité Iberdrola de 6,31 à 10% fin septembre. Certains ont même alors spéculé sur une éventuelle fusion Union Fenosa - Iberdrola sous l'égide d'ACS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :