Recul du titre Axa en raison de la décollecte en gestion d'actifs et malgré un bon chiffre d'affaires

 |   |  348  mots
L'assureur français réalise un solide chiffre d'affaires depuis le début de l'année, en hausse de 22,3% à 71,652 milliards d'euros. Le groupe peut s'appuyer sur sa croissance interne et l'intégration réussie de Winterthur. Mais la décollecte en gestion d'actifs fait reculer le cours de l'action.

Solide croissance pour Axa. L'assureur français a publié ce jeudi un chiffre d'affaires en hausse de 22,3% sur les neuf premiers mois de l'année, à 71,652 milliards d'euros. A taux de change et périmètre comparable, la progression est de 5,9%.

Le groupe est porté par sa croissance interne et par l'intégration réussie de Winterthur, racheté en juin 2006 pour 7,9 milliards d'euros. "Les indicateurs des neuf premiers mois de 2007 démontrent une nouvelle fois la capacité de croissance soutenue du groupe Axa alors que l'intégration de Winterthur continue de bien progresser", s'est félicité le président du directoire, Henri de Castries.

Dans le détails des activités, le secteur Vie/Epargne/retraite augmente de 26% à 5,599 milliards d'euros, grâce au "programme de déploiement des produits à garanties secondaires de type Accumulator", précise Axa, ainsi qu'à la croissance aux Etats-Unis, en Australie et Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni.

Le chiffre d'affaires de l'activité Dommages progresse elle de 30% à 19,631 milliards d'euros, porté par l'activité au Royaume-Uni et "le dynamisme de marchés en forte croissance comme la Turquie (+20%), le Maroc (+19%) et l'Asie (+10%)".

Pour les contrats d'assurance Automobile et Habitation, la collecte nette atteint respectivement 897.000 et 265.000 contrats. L'activité au niveau des particuliers augmente de 5% et celle des entreprises de 2%.

Enfin, le secteur de gestion d'actifs voit son revenu augmenter de 16% sur les neufs mois, tandis que le chiffre d'affaires de l'Assurance internationale recule de 2% à 3,119 milliards d'euros. Mais sur le seul troisième trimestre, Axa Investment Managers accuse une décollecte de 7,8 milliards d'euros, dont 6 milliards sur le segment du monétaire, le plus touché par la crise du subprime, tandis qu'Alliance Bernstein, autre grande entité de getsion d'actifs du groupe, est parvenu à conserver une collecte en petite hausse de 200 millions d'euros.

Les actifs moyens sous gestion des deux filiales ont ainsi vu leur hausse limitée à 2% sur trois mois pour Axa IM, à 550 millions d'euros, et à 1% pour Alliance Bernstein à 573 millions d'euros.

Cette décollecte pèse ce jeudi sur le cours du titre Axa qui recule de 3,12% à 27,93 euros, soit la deuxième plus forte baisse du CAC40 après Alstom.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :