Alitalia : Air France serait à nouveau intéressée

Le titre Alitalia gagne près de 2% à la Bourse de Milan. Les marchés spéculent sur un possible interêt d'Air France-KLM pour la compagnie aérienne italienne en cours de privatisation.

Après avoir été boudé pendant cinq jours par les investisseurs, le titre Alitalia était à nouveau recherché vendredi à la Bourse de Milan. A l'origine de ce rebond, la spéculation sur un possible interêt d'Air France-KLM pour la compagnie aérienne italienne en cours de privatisation.

A mi séance, le titre Alitalia, qui a perdu plus de 5% sur les 5 dernières séances, gagnait 1,90% à 0,82 euro dans un marché en léger recul. A Paris, le titre Air France-KLM était quasiment stable à 34,21 euros (+0,12%).

Selon le Corriere della Sera, le conseil d'administration de la compagnie franco-néerlandaise a évoqué les difficultés que rencontre le ministère italien de l'Economie pour privatiser Alitalia. Il est vrai qu'après le retrait officiel mercredi d'Aeroflot, AirFrance-KLM apparait en position de force pour négocier. En effet à ce jour, seul Air One est encore en lice sur le dossier de privatisation d'Alitalia.

Air France-KLM a longtemps été considéré comme un candidat possible à la reprise d'Alitalia mais a renoncé à participer à la privatisation. La compagnie dirigée par Jean-Cyril Spinetta n'a cessé de dire qu'elle n'avait aucun intérêt à entrer au capital d'Alitalia tant que celle-ci n'aurait pas assaini sa situation financière et sa restructuration industrielle. Mais surtout, Air France-KLM a toujours contesté la procédure de l'appel d'offre. D'autant plus que le compagnie française pensait avoir une priorité en tant que membre du conseil d'administartion de la compagnie italienne.

"Le dossier Alitalia n'est pas à l'ordre du jour", vient toutefois de déclarer l' un des porte-parole d'Air France-KLM. Ce que ne semble pas croire aujourd'hui les inverstisseurs italiens.

La privatisation d'Alitalia s'est compliquée après le retrait d'Aeroflot de la course au rachat de la part de l'Etat de 49,9% dans la compagnie. Carlo Toto, le patron de la compagnie Air One, est considéré comme le seul candidat sérieux encore en lice, celle du fonds Mattlin Paterson pouvant difficilement répondre aux critères de l'Etat italien.
Les offres fermes doivent être remises le 12 juillet.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.