Le Rafale se lance dans la compétition en Suisse

 |   |  370  mots
Dassault Aviation va répondre d'ici à la fin du mois de février à une demande d'information de la Suisse, qui veut à moyen terme se doter d'une nouvelle flotte d'avions de combats. L'avionneur français va concourir avec le Rafale.

Après le Maroc et la Libye, Dassault Aviation mise aussi fortement sur la Suisse pour vendre son avion de combat polyvalent, le Rafale. C'est dans ce cadre que l'avionneur français va très officiellement répondre d'ici à la fin février à une demande d'information (Request for Information - RFI) de la part des autorités suisses, qui ont lancé une consultation en novembre dernier, selon nos informations. Plusieurs autres constructeurs auraient également répondu: le suédois Saab et le britannique Bae Systems avec le Gripen, le franco-allemand EADS, BAE Systems et l'italien Finmeccanica avec l'Eurofighter, l'américain Boeing avec le F-18, voire Lockheed Martin avec le F-35 (JSF).

Cette demande d'information est la première étape pour la Suisse qui doit la conduire à lancer un appel d'offre international portant sur l'acquisition d'une nouvelle génération d'avions de combat. Le calendrier prévisionnel prévoirait le lancement de l'appel d'offre (Request for proposal - RFP) en 2008, pour un choix final estimé en 2009, voire 2010. Entre-temps, les Suisses devraient présélectionner deux ou trois appareils dans une "short list".

L'armée de l'air suisse doit retirer de sa flotte ses 54 vieux F5 Tiger américains entre 2010 et 2012. Pour acquérir ces nouveaux avions, Berne prévoit de consacrer une enveloppe de 3 à 4 milliards de francs suisses (de 1,8 à 2,4 milliards d'euros) pour 20 à 33 appareils. L'armée de l'air suisse, qui dispose aussi dans sa flotte de 32 F-18 Block C/D, a un besoin opérationnel de nouveaux avions de combat, qui est estimé grossièrement entre 50 et 70 appareils.

Pour autant, cet appel d'offre devra encore passer plusieurs obstacles. Tout d'abord, il devra passer devant le Parlement suisse qui vient de retoquer plusieurs programmes militaires (chars de déminage, hélicoptères, avions de transport) en raison de leur vocation international, plus précisément humanitaire. Dans ce cadre, le Parlement a défendu le principe de sa neutralité. En outre, les Suisses sont appelés le 21 octobre 2007 à aller aux urnes pour les élections au Parlement, dont la nouvelle majorité pourrait annuler cet appel d'offre. Enfin, il devra passer à travers les mailles du système de votation, qui permet aux citoyens Suisses de demander un référendum populaire à condition de recueillir 100.000 signatures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :