Des fonds koweïtiens entrent chez Aston Martin

 |   |  405  mots
Selon l'agence Reuters, deux fonds d'investissement du Koweït vont prendre une participation dans le capital du constructeur de voitures de sport que Ford, son propriétaire, cherche à vendre.

Les sociétés d'investissement koweïtiennes Investment Dar et Adeem Investment Co. ont conclu le rachat d'une participation dans Aston Martin, le constructeur de voitures de sport popularisées par les films de James Bond, a annoncé à Reuters un responsable d'Investment Dar.

Les deux sociétés, qui ont pour actionnaire commun la holding koweïtienne Efad, donneront plus de précisions sur la transaction lundi matin à Londres, lors de la cérémonie de signature de l'accord, a ajouté le responsable sous couvert d'anonymat.

"L'opération a été approuvée. Lundi sera seulement consacré aux relations publiques", a-t-il précisé depuis le Koweït. Les deux firmes détiendront une participation minoritaire dans le constructeur automobile britannique, filiale de l'américain Ford, a-t-il poursuivi, sans autres détails.

Le quotidien koweïtien Al-Qabas a rapporté dimanche qu'Investment Dar, la plus grosse holding diversifiée du Royaume, emmenait un groupe d'entreprises pour racheter une participation de 15 à 20% dans Aston Martin moyennant 400 millions de livres sterling environ.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès d'Adnan al-Mussallam, président d'Investment Dar, ou de Walid al-Humaidhi, son homologue d'Efad, qui se trouvent tous deux actuellement dans la capitale britannique.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu non plus auprès du directeur général d'Adeem, Moustafa al-Saleh, actuellement en déplacement hors du Koweït. Adeem est une société d'investissement et de gestion d'actifs qui refuse, conformément à certains préceptes de la loi islamique, de prendre des participations dans des secteurs comme la fabrication d'alcool, les jeux d'argent ou les armes. Efad Holding est présent pour sa part dans l'immobilier notamment.

Ford, qui a accusé l'an dernier une perte de 12,7 milliards de dollars, a déjà annoncé son intention de vendre tout ou partie d'Aston Martin et de réinvestir les fonds ainsi levés dans ses autres activités. Les ventes d'Aston Martin ont augmenté en 2006 de moitié à 6.500 voitures.

Parmi les autres candidats à la reprise du constructeur de la série des célèbres DB (à commencer par la DB5 grise de l'agent 007 dans "Goldfinger") figure Dave Richards, patron du spécialiste britannique des voitures de sport Prodrive, associé à la banque d'investissement égyptienne Naeem.

Selon des sources proches du dossier, le fonds britannique spécialiste des rachats d'entreprises Doughty Hanson et le magnat syrien de l'immobilier Simon Halabi ont aussi répondu à l'appel d'offres organisé par la banque suisse UBS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :