Danone : la Bourse s'inquiète des problèmes chinois

 |   |  631  mots
Les investisseurs craignent l'incertitude causée par le dossier délicat de la coentreprise Wahaha en Chine.

Alors que le CAC 40 retrouve des couleurs, l'action de Danone reculait mardi nettement. A 10h30, le titre perdait plus de 2,25% à 53,15 euros. Les investisseurs jugent certes les résultats du premier semestre solides. Toutefois ils craignent l'incertitude causée par le dossier délicat de la coentreprise en Chine.

"Danone a un problème de visibilité. Les chiffres sont plutôt pas mal, on est loin d'une déception, mais comme il y a toujours des incertitudes sur le dossier chinois, les investisseurs préfèreront probablement rester à l'écart", explique un vendeur d'actions parisien.

Danone s'est cependant montré optimiste pour 2007, malgré son différend avec son partenaire chinois dans la société Wahaha, confirmant son objectif d'une croissance organique du chiffre d'affaires 2007 entre +6% et +8%.

Au premier semestre, le géant agroalimentaire a réalisé un chiffre d'affaires de 7,753 milliards d'euros, en progression de 4,7% (+8,6% à périmètre et taux de change constants), résultant d'un effet volume de 6,5% et d'un effet valeur de +2,1%. Le bénéfice net semestriel s'est élevé à 656 millions, en baisse de 6,8%.

Sur le dossier Wahaha, "afin de ne pas dévoiler ses cartes, le groupe est resté assez vague sur le conflit en cours. Nous comprenons qu'il continue de privilégier la négociation, tout en maintenant la pression via les actions judiciaires engagées", expliquent de leur côté Emmanuelle Thollon Pommerol et François-Xavier Archambault, analystes du CM-CIC, dans une note à leurs clients, cités par l'Agence France Presse (AFP).

Il est vrai que le dossier Wahaha constitue une sacré épine pour le groupe français. Il est à l'origne de la division par dix du taux de croissance de l'activité boissons dans le monde (+0,9% au deuxième trimestre contre +9,1% au premier trimestre). Et le deuxième semestre ne s'annonce pas fameux pour le pôle boisson qui assure 30% des ventes du groupe.

Franck Riboud et son équipe ont tout intérêt à parvenir à un accord avec les chinois. Ou sinon la correction en Bourse - le titre a perdu plus de 7,25% depuis le début de l'année - risque de s'amplifier. D'autant que prochainement le groupe ne pourra plus compter sur sa division biscuits - dont l'activité a progressé de 5,3% au deuxième trimestre- , en passe d'être cédée à l'américain Kraft. Or la cession des biscuits Lu s'expliquait par une croissance inférieure de moitié à celle des produits frais et des boissons. On est loin du compte et Danone va devoir rapidement rétablir l'ordre de choses.


Le groupe rajeunit sa direction
Danone a nommé au 1er janvier 2008 Emmanuel Faber et Bernard Hours aux postes de directeurs généraux délégués aux côtés du PDG, Franck Riboud.Ces deux nouveaux "bras droits" remplaceront Jacques Vincent, actuel vice-président directeur général délégué, qui deviendra conseiller de Franck Riboud, en charge de présider le comité stratégique qui proposera au conseil d'administration les grandes orientations du groupe en matière de développement. Actuellement directeur général Asie, Emmanuel Faber, 43 ans, sera responsable des ressources humaines, des innovations sociales, du secrétariat général et des finances. Il sera toujours chargé du secteur eaux et boissons en Asie et, en tant que Président Asie, restera le représentant du groupe dans cette région pour gérer le conflit avec le partenaire chinois dans Wahaha.Bernard Hours, 51 ans, actuellement directeur général produits laitiers frais, sera à la tête des quatre métiers opérationnels du groupe: produits laitiers frais, eaux et boissons, alimentation infantile et nutrition clinique.Antoine Giscard d'Estaing, qui demeure directeur général finances, stratégie et systèmes d'information, assurera également les fonctions de secrétaire général du groupe à partir du 1er janvier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :