Avec la fin des livraisons du Leclerc, le dernier char français a-t-il vu le jour ?

 |   |  340  mots
Avec le dernier exemplaire livré, la question se pose : la France produira-t-elle à l'avenir un nouveau char de combat ?

Est-ce la fin de celui que l'on avait présenté comme le plus moderne char de la planète, capable de tirer en roulant, ordinateur sur chenilles, monstre de blindage et de technologies made in France ?

La société Nexter, auparavant appelée ex-Giat Industries, a livré ce vendredi le 406ème et dernier char Leclerc à l'armée française lors d'une cérémonie organisée à Roanne, site d'assemblage du blindé. Depuis 1991, 406 chars Leclerc ont été livrés dans le cadre d'un programme Emat (Etat-major de l'armée de terre).

La Délégation générale pour l'armement du ministère de la défense (DGA) a précisé à l'Agence France Presse (AFP) que ces blindés équipent quatre régiments de chars à Mourmelon (Marne), Verdun (Meuse), Carpiagne (Bouches-du-Rhône) et Olivet (Loiret), le 1er régiment de chasseurs d'Afrique à Canjuers (Var), ainsi que l'Ecole de l'arme blindée cavalerie à Saumur (Maine-et-Loire) et l'Ecole du matériel à Bourges (Cher).

Ce char a également été vendu à l'exportation avec 390 exemplaires vendus en 1993 aux Emirats arabes unis et livrés entre 1995 et 2002. 46 chards dépanneurs avaient également été commandés dans le cadre de con contrat. Douze sont encore à livrer.

L'avenir pour le site Nexter de Roanne, le plus important du groupe avec 750 salariés, s'appelle VBCI, véhicule blindé de combat d'infanterie, avec théoriquement 700 exemplaires à livrer à l'armée française, dont 182 déjà commandés, et Caesar, canon automoteur, avec 160 unités prévues dont 72 pour la France, six pour la Thaïlande et 80 pour un pays du Moyen-Orient encore non identifié.

Mais, avec la fin de ces livraisons du Leclerc, la question se pose : la France produira-t-elle à l'avenir un nouveau char de combat ? Certains experts affirment que cette arme, à l'heure des guérillas urbaines, est dépassée. D'autres, rappelant l'usage efficace du Leclerc en ex-Yougoslavie, prétendent qu'il n'en est rien. Cependant, il est vraisemblable que, comme en matière d'avions de combat avec le Rafale de Dassault, purement français, le Leclerc est le dernier char 100% tricolore.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :