EADS : les procès verbaux de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts

 |   |  316  mots
Comme le révèle l'édition de ce mardi de la Tribune, voici comment la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts rapporte avoir abordée la question du rachat à terme de 2,25% du capital d'EADS, le groupe européen d'aéronautique et d'armement, maison-mère d'Airbus.

Ces trois documents, les procès-verbaux de la Commission de surveillance de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), peuvent vous permettre de vous faire votre opinion sur la façon dont cette vénérable institution, bras armé financier de l'Etat, a géré ce dossier. Des documents instructifs en plein débat sur le rôle de la CDC dans cette affaire, les pressions qu'elle auraient pu subir de la part de l'Etat et la mauvaise opération financière qu'elle a réalisée en achetant à terme au groupe Lagardère ces titres EADS au plus haut, avant que l'action ne plonge suite à l'annonce des déboires d'Airbus et des retards de l'A380.

26 avril 2006 : " M. Mayer donne des précisions [...] sur la justification de la montée de la Caisse des dépôts au capital d'EADS. " 21 juin 2006, soit huit jours après l'annonce des retards de l'A380 et de la chute de 26 % du cours. " Philippe Auberger souhaite que la commission de surveillance puisse vérifier que les intérêts de la Caisse des dépôts ont été correctement pris en compte. [...] Une mission d'étude est confiée à Pierre Hériaud. " 12 juillet 2006. La commission de contrôle prend connaissance du rapport de Pierre Hériaud. " Sa mission aboutit à la conclusion que l'opération s'est déroulée dans des conditions normales sur la base d'analyses sérieuses. [...] Jean-Paul Redouin [sous-gouverneur de la Banque de France] fait observer que l'opération présentait un risque considérable, en raison de l'étroitesse du marché [...]. Dominique Marcel [directeur financier de la caisse] indique que l'État n'a à aucun moment demandé à la caisse de se porter acquéreur des titres pour préserver l'équilibre franco-allemand. [...]. Dans le cadre des dispositions prévues par le pacte d'actionnaires, l'État a autorisé la Caisse des dépôts à procéder à cette acquisition ".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :