Le patronat nippon table sur une croissance annuelle de 2,2% pour les dix ans à venir

 |   |  279  mots
Le Keidanren, légèrement plus optimiste que le gouvernement pour la croissance, plaide pour de nouveaux accords de libre échange. Il préconise un rélèvement de deux points de la TVA et une baisse d'un quart de l'impôt sur les bénéfices des sociétés.

L'économie japonaise va croître d'environ 2,2% par an d'ici 2016, prévoit la grande fédération patronale Keidanren. Une estimation très légèrement supérieure à celle du gouvernement qui prévoit une croissance de 1,9% pour l'année fiscale en cours, qui s'achève en mars, et de 2% pour la suivante.

Pour atteindre ces projections, le gouvernement devrait encourager les innovations technologiques afin que les entreprises puissent accroître leur productivité, et lancer de nouveaux accords de libre échange avec des pays comme la Chine, la Corée du sud, l'Inde ou l'Australie, a expliqué le Keidanren à l'occasion de son rapport annuel sur l'économie de l'archipel. Le revenu par tête, estimé l'an dernier par le Fonds monétaire international à 35.000 dollars, devrait aussi, selon le Keidanren, augmenter de l'ordre de 30% lors des dix prochaines années.

L'organisation patronale s'est prononcée pour un relèvement à 7% de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), qui est actuellement de 5%, afin de réduire le déficit public du pays. Cette hausse devrait être mise en oeuvre entre les années budgétaires 2009-10 et 2011-12. Selon l'organisation, un relèvement de la TVA, dont le taux est actuellement un des plus bas parmi les pays industrialisés, est indispensable à terme pour compenser l'accroissement des dépenses de sécurité sociale qu'entraînera le vieillissement rapide de la population.

Selon le gouvernement, l'excédent budgétaire primaire (hors dette) sera atteint d'ici 2011, ce qui ne doit pas dispenser les pouvoirs publics d'augmenter la TVA, affirme le Keidanren. Le patronat plaide enfin pour une baisse de l'impôt sur les bénéfices des sociétés à 30%, contre 40% aujourd'hui.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :