L'Opep pourrait augmenter sa production en décembre

 |   |  331  mots
Les pays exportateurs de pétrole pourraient décider de ne pas augmenter leur production le 11 septembre prochain. En revanche, une hausse pourrait intervenir à l'issue de la réunion suivante du cartel, en décembre. L'ouragan Felix ne menaçant plus les installations pétrolières du Golfe du Mexique, les cours du brut reculent de part et d'autre de l'Atlantique.

Selon Abdallah Ben Hamad Al-Attiyah, le ministre qatari de l'Energie, la prochaine réunion du cartel qui se tiendra le 11 septembre à Vienne ne devrait pas déboucher sur une augmentation de la production de l'Opep. Inchangée lors de leur précédente réunion en mars dernier, la production quotidienne des pays de l'Opep s'élève actuellement à 25,8 millions de barils. Ce qui représente le tiers de la production mondiale.

"Il n'y a pas lieu d'augmenter la production d'autant qu'il y a un équilibre entre l'offre et la demande et que le marché ne souffre d'aucune pénurie", a déclaré Abdallah Ben Hamad Al-Attiyah en marge d'une conférence sur le gaz à Doha.

"Il faut être prudent avant de franchir un quelconque pas car il est illogique d'augmenter la production du cartel. Dans nos contacts avec les clients, nous n'avons pas relevé de pression ou de pénurie sur le marché. Il faut agir avec pondération concernant la question de l'offre et de la demande ", a ajouté celui qui est également vice-Premier ministre du Qatar.

En revanche, selon une autre source proche du cartel, une hausse de la production de l'Opep pourrait s'avérer nécessaire d'ici la fin de l'année si la demande de pétrole brut restait forte et si les stocks continuaient de baisser. Le cartel se réunira également le 5 décembre prochain.

Les cours du pétrole étaient en léger recul mardi à Londres et à New York, les marchés étant rassurés par le changement de trajectoire de l'ouragan Felix. La menace pesant sur les installations pétrolières du Golfe du Mexique semble être pour l'instant écartée.

A la mi-journée, sur l'Intercontinental Exchange de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre cédait 21 cents à 73,20 dollars. A l'ouverture des échanges sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en octobre cédait 27 cents à 73,77 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :