Générale de Santé : bénéfice net en recul mais rebond attendu au second semestre

 |   |  301  mots
Le bénéfice net du leader européen de l'hospitalisation privée a chuté de 24,1% au premier semestre. Le groupe attend néanmoins un rebond au cours du second semestre.

Semestre morose pour Générale de Santé. Le spécialiste de l'hospitalisation privée a en effet enregistré un recul de 24,1% de son bénéfice net au premier semestre à 35,3 millions d'euros. Cette baisse atteint même 28,4% à 6,9 millions d'euros pour le bénéfice opérationnel du groupe.

Néanmoins, le chiffre d'affaires a tout de même grimpé de 7,6% à 985 millions d'euros. Il a été tiré par des acquisitions comme celles de la Polyclinique de la Louvière à Lille et de l'Hôpital des Peupliers à Paris. La croissance organique de Générale de Santé n'atteint donc que 2,7%, en deçà des prévisions du groupe.

Plusieurs facteurs ont impacté les résultats de Générale de Santé. Pour le groupe, la hausse des loyers en France est la principale responsable de ces chiffres moroses. Générale de Santé a en effet cédé sa foncière Gecina, propriétaire des murs de 28 cliniques, en septembre 2006 pour un montant proche du demi million d'euros. Depuis, le groupe est sujet à la fluctuation des loyers, en hausse durant ce semestre. Par ailleurs, Générale de Santé doit également faire face à la faiblesse de l'activité en France qui a en partie plombé ses résultats.

Le spécialiste de l'hospitalisation privée précise néanmoins que les évolutions de sa croissance organique, en progression de 3,9% au premier trimestre puis de 1,4% au deuxième, sont à peu près semblables à celles observées dans le secteur. Générale de Santé ne s'inquiète donc pas outre mesure et table même sur un rebond au second semestre.

Générale de Santé, qui a vu deux nouveaux actionnaires entrer au capital en juillet, DeA Capital et Mediobanca, voit son titre baisser de 2,26% à 28,60 euros dans la matinée à la Bourse de Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :