Kim Jong-Il sort de sa réserve

 |   |  349  mots
Le numéro un nord-coréen a reçu le chef de la diplomatie chinoise. Pyongyang commence à s'ouvrir à l'international.

Le numéro un nord-coréen Kim Jong-il est sorti mardi de sa réserve pour appeler les pays signataires de l'accord multilatéral sur la dénucléarisation de la Corée du Nord à respecter leurs engagements.

Kim Jong-il a rencontré ce matin le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi, en visite à Pyongyang dans le cadre du dossier nucléaire. La visite Yang Jiechi survient dans un contexte où les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ont confirmé samedi s'être entendus avec la Corée du Nord sur la procédure pour contrôler la fermeture de Yongbyon, le principal complexe nucléaire nord-coréen, comme le prévoit l'accord multilatéral signé le 13 février.

Selon des sources diplomatiques à Berlin, la Corée du Nord s'est déclarée prête à une large coopération avec l'AIEA pour la fermeture de Yongbyon. Kim Jong-il a effectivement fait référence aux décisions contenues dans l'accord multilatéral signé le 13 février à Pékin, qui prévoient le début de la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Le numéro un nord-coréen a en outre insisté sur le rôle de la Chine, son principal allié, pour aider à résoudre la crise, déclarant que "La Chine a mené un travail ardu pour résoudre le problème nucléaire de la péninsule. La Corée du Nord espère continuer à renforcer avec la Chine les contacts et le travail de coordination".

En échange de son engagement à se dénucléariser, le régime communiste doit recevoir 50.000 tonnes de fioul lourd, et 900.000 tonnes supplémentaires doivent suivre après la désactivation complète des programmes.

En revanche aucune date n'a encore été fixée pour une nouvelle session des pourparlers à six (Chine, Japon, Russie, les deux Corées et les Etats-Unis) visant depuis 2003 à convaincre Pyongyang de renoncer à son arsenal nucléaire. Le chef de la diplomatie nippone, Taro Aso, a estimé mardi que les pourparlers multilatéraux ne devraient pas reprendre avant "quelques semaines".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :