Pétrole : les cours du baril se rapprochent des 99 dollars

 |   |  293  mots
Les cours du baril de brut se rapprochent des 99 dollars à 98,75 dollars, ce lundi dans les échanges électroniques en Asie. Le marché attend avec beaucoup d'attention la décision des ministres du Pétrole de l'Opep, qui doivent se réunir le 5 décembre pour discuter de leur politique en matière de production.

Les cours du baril de brut se rapprochent des 99 dollars, lundi dans les échanges électroniques en Asie, dopés par des inquiétudes sur l'approvisionnement mondial. Dans les échanges matinaux, le baril de "light sweet crude" pour livraison en janvier prend 0,57 dollar à 98,75 dollars contre 98,18 vendredi à New York. Le Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier, également en progression, gagne 0,62 dollar à 96,38 dollars.

Selon David Moore, analyste à la Commonwealth Bank of Australia, cité par l'Agence France Presse, le marché attend avec beaucoup d'attention la décision des ministres du Pétrole de l'Opep, dont les pays représentent 40% de l'offre mondiale de brut et qui doivent se réunir le 5 décembre à Abou Dhabi (Emirats arabes unis) pour discuter de leur politique en matière de production. "La décision (qu'ils prendront) sera très importante (...) pour le marché en terme de perception de l'équilibre entre offre et demande", explique-t-il.

Les marchés pétroliers demeurent tendus à cause du niveau jugé insuffisant de l'offre face à une explosion de la demande à l'arrivée de l'hiver dans l'hémisphère nord, période de forte consommation d'énergie. Les stocks mondiaux de produits distillés, qui comprennent le fioul de chauffage sont en baisse par rapport à un an plus tôt. Le département américain de l'Energie a annoncé mercredi dernier un déclin de 1,1 million de barils des réserves de brut la semaine achevée le 16 novembre et un recul de 2,4 millions de barils des stocks de distillats, très surveillés avant l'hiver.

Contraires aux attentes - les analystes tablaient sur une progression des réserves - ces annonces de nature à raviver les craintes sur l'offre ont pourtant échoué à faire franchir au baril la ligne toute proche des 100 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :