Pour son premier jour de cotation, le titre de l'OL termine en légère hausse

 |   |  301  mots
Après s'être adjugé plus de 6% ce matin durant ces premières heures de cotation, l'Olympique Lyonnais a terminé la séance en hausse de 0,83% à 24,20 euros. Pour son président Jean-Michel Aulas, le club (ici en photo, le joueur arrière Anthony Reveillère) va pouvoir rattraper son retard face à ses concurrents européens.

Après une entrée en Bourse en fanfare ce vendredi matin pour l'Olympique lyonnais, le titre a finalement terminé la séance en hausse de 0,83% à 24,20 euros. L'OL, quintuple champion de France, entre sur les marchés financiers "car c'était la seule solution pour essayer de rattraper le retard que le football français des clubs a pris par rapport à ses homologues européens" a indiqué aujourd'hui sur RTL le président de l'OL Jean-Michel Aulas.

"Tous les autres pays ont cet accès à des financements privés, et puis ça va permettre de construire un certain nombre de stades privés, a détaillé Jean-Michel Aulas. On sait qu'aujourd'hui les équipements de stades français sont extrêmement en retard, pour le pays c'est une opportunité fantastique de remettre dans le privé cette construction de stades performants."

Le président a ensuite précisé que la levée de fonds correspondait à "un programme dans lequel il y a trois types d'investissements": "d'une part un deuxième centre de formation, deuxièmement un stade dans un environnement élargi de loisirs et de centre commercial, et puis des investissements destinés à valoriser la marque et à la développer à l'étranger."

"Nous venons de faire faire un parcours tout à fait intéressant de présentation aux institutionnels, cette opération est "sur-souscrite" puisque les institutionnels ont demandé 6 fois la mise qui était éventuellement offerte, affirme Jean-Michel Aulas. Pour les particuliers, plus de 14.000 personnes ont souscrit à cette augmentation de capital, l'offre a été couverte 4 fois par les particuliers."

"Aujourd'hui on est dans un contexte où l'ensemble de l'Europe participe au financement de ce secteur et je crois qu'il est mieux de pouvoir le financer de manière transparente, plutôt qu'au travers d'opérations qui quelquefois sont moins transparentes", a conclu Jean-Michel Aulas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :