Le renouveau de l'Art nouveau

 |   |  255  mots
Longtemps délaissé, ce style rococo du début du XXème siècle retrouve ses lettres de noblesse. Une (partie) d'une vacation lui est consacrée.

L'Ecole de Nancy, avec à sa tête Gallé, Majorelle, Daum, Muller et autres Guimard, a marqué les arts décoratifs du tout début du XXème siècle. En prônant le retour à la nature - déjà - ces artisans ont donné à leurs créations des formes inspirées des plantes, faites de courbes et autres ellipses. Le mobilier Art nouveau, par sa taille souvent imposante et son dessin tarabiscoté n'a pas eu la cote très longtemps, d'autant que l'Art déco, avec ses lignes épurées, qui lui a rapidement succédé, a toujours été très recherché.

Depuis peu, l'Art nouveau retrouve un public d'amateurs, non seulement pour des petits objets (lampes, couverts, statuettes) mais aussi pour les vastes salons et les opulentes salles à manger. Un grand nombre de ces collectionneurs viennent de l'Europe de l'Est, Russes notamment, qui s'approvisionnent à Paris où les prix, même en hausse, restent encore raisonnables et l'offre conséquente.

La vente organisée par Tajan les 9 et 10 octobre est, comme souvent, davantage dédiée à l'Art déco ou au design qu'à l'Art nouveau, mais recèle plusieurs lots intéressants du début du siècle. Outre la verrerie, (vases, bouteilles, lampes, entre 500 et 1.500 euros), on peut signaler un guéridon en bois clair (1.500 euros), un petit paravent en noyer et tissu (1.000 euros), un meuble d'appoint japonisant par Emile Gallé (1.500 euros) ou un rare fauteuil à structure en noyer mouluré (3.000 euros).


Les 9 et 10 octobre, Espace Tajan, 37 rue des mathurins, 75008 Paris.
Renseignements : www.tajan.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :