Pour Eric Woerth, il faut s'habituer au pétrole cher

 |   |  266  mots
Le ministre du Budget indique qu'il n'y a pas de raison de réviser les prévisions de croissance pour 2008, malgré le pétrole cher. Il renouvelle l'opposition du gouvernement à une restauration de la TIPP flottante.

"Il faut s'habituer (...) d'une certaine façon à avoir un pétrole cher", a déclaré Eric Woerth, ministre du Budget et des comptes publics, ce mardi matin sur RTL. "Cela peut jouer sur la croissance", a-t-il ajouté, mais "il n'y a pas de raisons de réviser la prévision de croissance du gouvernement. Il n'y a pas de raisons aujourd'hui d'aller en deça des 2,25% qui sont dans le budget (2008), qui est un chiffre prudent". "Le troisième trimestre de cette année sera plutôt bon", a ajouté le ministre.

Eric Woerth a récusé le principe d'un lissage des prix du pétrole grâce à la fiscalité en arguant du coût d'un tel dispositif. "On ne peut pas faire diminuer ou chuter le prix de l'essence", a-t-il déclaré. "Il y a eu des tentatives sur ce qu'on appelait la TIPP flottante, c'est à dire qu'on essayait d'une certaine façon de lisser les choses à la baisse ou à la hausse (...) On s'est aperçu que cela coûtait beaucoup d'argent aux contribuables et que cela avait assez peu rapporté à l'automobiliste", a-t-il précisé.

Eric Woerth a par ailleurs estimé que la hausse des prix du pétrole avait peu d'impact sur le budget de l'Etat lui-même. "Paradoxalement cela a relativement peu d'impact sur le budget. La France est assez peu consommatrice en tant qu'Etat de pétrole. D'autre part les recettes de l'Etat sont à peu près stabilisées : il y a une TVA qui a tendance à augenter et il y a une TIPP qui a tendance à diminuer", a expliqué Eric Woerth.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :