Federal Mogul sort du chapitre 11 de la loi sur les faillites

L'équipementier automobile américain, fort de six milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel et de 45.000 salariés, avait dû déposer son bilan en raison des milliers de plainte de ses ex-ouvriers pour utilisation d'amiante. Il estime aujourd'hui s'être bien restructuré.

L'équipementier automobile américain Federal-Mogul (6 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel, 45.000 salariés dans 35 pays) a annoncé ce mardi qu'il allait sortir le 27 décembre prochain de la protection du fameux chapitre onze - "chapter eleven"- de la loi fédérale sur les faillites qui permet de geler ses dettes afin de se restructurer, l'équivalent du redressement judiciaire ou de la procédure de sauvegarde en France.

Il considère que son redressement est suffisamment engagé et que son plan de restructuration, confirmé à deux reprises par la justice américaine en novembre, est désormais définitif. Cela faisait plus de six ans que le groupe, basé à Southfield, dans le Michigan, grande région du nord des Etats-Unis, longtemps berceau de l'industrie automobile américaine (notamment la ville de Detroit), avait dû déposer son bilan et se placer sous le chapitre onze.

Il y avait été contraint du fait des nombreuses plaintes (et de leur coût potentiel) de ses anciens salariés malades de leur exposition à l'amiante - dont on a fini par découvrir le caractère cancérigène - , utilisée longtemps par Federal-Mogul pour produire des freins, via sa marque Ferodo. Le groupe a été confronté jusqu'à 365.000 plaintes. En France aussi, le groupe, qui compte une usine à Noyon, dans l'Oise, a dû faire face à ce problème. Il y a même été été condamné en 2005 à indemniser un ancien ouvrier malade pour "faute inexcusable".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.