Exclusif : latribune.fr révèle les ratés de l'information retraite

 |   |  786  mots
La loi a créé un organisme pour délivrer des bilans retraite aux salariés. Les premiers ont été envoyés à 1,4 million de salariés début octobre pour leur permettre de préparer leur vieillesse au plan financier. Or, ces informations ne sont pas toujours fiables, comme le montrent des documents détenus par latribune.fr.

C'est au pire un joli mensonge, au mieux une vantardise. "Le salarié n'aura plus vraiment besoin de garder ses anciens bulletins de salaire car il aura la certitude que ses droits auront été enregistrés", affirme tout net Claude Domeizel, président du conseil d'administration du GIP Info retraite et par ailleurs sénateur des Alpes de Haute-Provence, dans le Point du 1° octobre 2007. Car, selon des documents détenus par latribune.fr, de nombreuses informations échappent à cette institution, chargée par une loi de 2003 d'assurer le droit à l'information individuelle sur les retraites.

C'est grave. Car, le 28 septembre 2007, le GIP info retraite a adressé pour la première fois à 1,4 million d'assurés leurs relevés ou estimations de droit à la retraite. Ces documents jouent un rôle essentiel dans un contexte de dégradation des pensions versées aux assurés par les régimes général et complémentaire de l'assurance vieillesse. Les documents transmis par le GIP info retraite doivent permettre à tout un chacun de prévoir à l'avance ce qu'il recevra des caisses de retraite obligatoire. Et ainsi de commencer à épargner pour s'assurer une vieillesse heureuse au plan financier. Encore faut-il que les données transmises par le GIP info retraite soient exactes. Or, cela reste sujet à caution.

Le GIP info retraite transmet un bulletin d'information sans information

Le GIP info retraite a transmis à Bruno G. un bulletin d'information ... sans information (voir le document ci-joint). Le total annuel du montant estimatif annuel brut de la retraite, seule donnée importante pour le futur assuré, affiche la mention "montant non disponible". A deux ans de sa retraite, Bruno G. est ignoré par un dispositif d'information dont il devrait bénéficier en priorité.

Le GIP info retraite ignore des cotisations importantes versées par les assurés

Le cas de René G révèle que le GIP info retraite produit une information incomplète. René G. a reçu un document dans lequel l'institution oublie tout simplement de prendre en compte la part la plus importante de ses cotisations. Le GIP info retraite calcule à René G. une pension de 19.000 euros(voir le document ci-joint), à partir des informations dont il dispose. Mais il ne prend pas en compte les 23.986 points accumulés par René G. auprès d'une des caisses de l'Agirc, la retraite complémentaire des cadres. Prises en compte, ces cotisations oubliées portent la pension à près 28.000 euros, au minimum. Soit une différence de 30% entre la réalité et l'estimation du GIP info retraite !

Le GIP info retraite ignore les vieux salariés

Le cas de Claude D. montre que le GIP info retraite ignore les salariés qui ont commencé à travailler très jeunes. Claude D. a accompli une "carrière longue", commencée à 14 ans. Il devrait donc pouvoir bénéficier d'une retraite à taux plein en 2008 au plus tard. Or, le GIP info retraite ignore sa situation particulière. L'institution affirme tout bonnement qu'il devra travailler jusqu'en 2009 (voir document ci-joint). Elle se fonde sur une information incomplète selon laquelle Claude G. est censé avoir démarrer sa carrière en 1967. Les documents détenus par latribune.fr montrent que c'est en fait en 1963 que débute la vie professionnelle de Claude D. Quatre années de la vie de Claude D. sont ainsi effacées des comptes sociaux !

Les explications contrites du GIP info retraite

Contacté par latribune.fr pour connaître l'origine de ces dysfonctionnements, le GIP info retraite reconnaît que, pour l'heure, le dispositif destiné à rassembler les informations est loin d'être parfait. "Nous avons pris le parti cette année d'envoyer des documents que nous savions imparfaits, considérant qu'ils représentaient malgré tout une source d'information non négligeable. Ces documents comportent des points de contact permettant à l'assuré de faire rectifier par ses organismes de retraite les erreurs constatées", explique une porte-parole de l'institution. Il semblerait que les systèmes informatiques qui auraient dû être mis en place pour rassembler toutes les données des assurés répartis dans les différentes caisses ne soient pas encore au point.

Cela concerne notamment les cadres. L'informatique de l'Agirc ne permettrait pas de traiter toutes les informations détenues par les 28 caisses adhérentes. Certaines semblent lui échapper. "La loi a prévu une période transitoire entre 2007 et 2010 pour permettre aux régimes membres du GIP d'adapter leurs systèmes d'information. L'objectif est donc bien d'adresser, à cette date, des documents complets à tous les assurés des générations visées", prévoit la porte-parole du GIP info retraite. Ce n'est donc au mieux qu'en 2011 que les documents transmis aux salariés pour préparer leur retraite seront fiables. Du moins, on l'espère ...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :