Feu vert de Bruxelles au rachat de Egg à Citibank

 |   |  315  mots
La Commission européenne estime que cette opération ne pose par de problème de concurrence. Elle va en revanche permettre à la banque américaine filiale de Citigroup de considérablement se renforcer outre-Manche

La Commission européenne a donné ce lundi son feu vert au rachat de la banque en ligne Egg par l'américain CitiBank, estimant que cette opération ne faussait pas la concurrence dans l'Union européenne (U.E.).

Le numéro deux britannique de l'assurance, Prudential, avait annoncé fin janvier la cession de sa banque en ligne en difficulté. Après trois ans de tergiversations, le groupe l'a finalement bradée à CitiBank, la filiale de banque de détail de l'américain Citigroup, qui quadruple ainsi sa présence dans la banque de détail au Royaume-Uni.

Le géant américain dépense en effet 575 millions de livres (872 millions d'euros) pour cette acquisition alors qu' il y a un an, lorsque Prudential avait acquis, par échange d'actions, les 21,7% de Egg qu'il ne possédait pas encore, l'opération donnait une valorisation de sa filiale à 973 millions de livres.

Fondée en 1998 en pleine bulle internet, Egg compte trois millions de clients, contre actuellement 800.000 clients porteurs de carte de crédit pour Citigroup au Royaume-Uni. La banque en ligne devrait essuyer une perte d'exploitation, avant impôts, de 145 millions de livres en 2006, contre un bénéfice de 44 millions en 2005 et une perte de 107 millions en 2004.


Citigroup, HSBC, Standard Chartered et Bank of East Asia se développent en Chine
Profitant de l'évolution de la législation en Chine, quatre grandes banques dont trois venus d'Occident, le géant américain Citigroup, la sino-britannique HSBC, l'anglaise Standard Chartered, également très présente en Asie et la Bank of East Asia de Hong Kong ont lancé ce lundi leurs agences en Chine sans plus avoir besoin d'avoir un partenariat avec un co-actionnaire chinois. Elles pourront ainsi accueillir les comptes et les placements des entreprises et des particuliers chinois en toute liberté. Citigroup, HSBC et Standard Chartered ont toutefois annoncé vouloir se contenter de comptes importants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :