67,4 millions de dollars de provisions plombent le bénéfice net de Logitech

C'est un bénéfice net en chute libre que le groupe suisse Logitech, spécialiste des périphériques informatiques (souris, claviers...) vient de présenter avec deux semaines de retard. Fondu de moitié au premier semestre (avril à septembre), il a été divisé par quatre au cours de son deuxième trimestre.

Le fabricant suisse de claviers pour ordinateurs et de souris vient d'annoncer la suite des résultats présentés le 18 octobre dernier mais incomplets. Le groupe affichait alors de solides performances de ses ventes pour le deuxième trimestre (+19%) et de sa marge opérationnelle (14% contre 10% un an plus tôt).

C'est tout l'inverse pour le bénéfice net. La dégringolade est vertigineuse. Pour son premier semestre, le bénéfice net de Logitech se retrouve divisé par deux, à 37,12 millions de dollars (25,7 millions d'euros) La chute est encore plus violente sur le deuxième trimestre puisque le bénéfice est divisé par quatre et passe ainsi de 49,2 millions à 11,6 millions de dollars.

Ce résultat net, présenté avec deux semaines de retard sur le calendrier, souffre d'une lourde dépréciation d'actifs. Le groupe disait avoir besoin de ce délai supplémentaire pour calculer précisément la perte provoquée par un placement malheureux dans un dérivé de crédit. La provision, prévue entre 55 et 75 millions de dollars, reste dans cette fourchette à 67,4 millions. Imputée sur le deuxième trimestre, elle explique que le bénéfice chute autant sur cette période.

Le groupe précise toutefois avoir vendu la moitié de ces placements pour 33,7 millions de dollars, somme qui sera créditée sur les comptes du troisième trimestre.

En dépit de cette lourde provision, le groupe avait maintenu son objectif de croissance des ventes de 15% pour l'ensemble de l'exercice fiscal clos au 31 mars, le groupe . Il avait même relevé ses prévisions au sujet du bénéfice opérationnel, tablant sur 20% de hausse au lieu de 15%.

Toujours lors de la première présentation de chiffres le 18 octobre, le groupe avait aussi annoncé le départ de l'actuel PDG Guerrino de Luca prévu en janvier prochain, remplacé par Gérald Quindlen, actuel responsable des ventes et du marketing. Les investisseurs avaient applaudi toutes ces nouvelles en faisant grimper l'action Logitech de près de 18% à des niveaux records. Le titre s'échangeait alors 40,6 francs suisses.

Ce mardi, le titre Logitech était moins euphorique. Il perdait près de 2% à la Bourse de Zurich, tout juste sous les 40 francs suisses.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.