Dassault va proposer 40 Rafale à l'Inde

 |   |  428  mots
L'avionneur français va déposer au ministère de la Défense indien une proposition non sollicitée portant sur la vente de 40 avions de combat Rafale. A l'image de Sukhoï, Dassault Aviation souhaite traiter avec l'Inde de gré à gré.

De sources concordantes, Dassault Aviation va en marge du salon Aero India, qui se tient à Bangalore, remettre au ministère de la Défense indien une proposition non sollicitée portant sur la vente de 40 avions de combat Rafale.

A l'issue du salon aéronautique, le nouveau directeur du développement international à la Délégation générale pour l'armement du ministère de la défense (DGA), Jacques de Lajugie, devrait appuyer à Delhi la semaine prochaine la proposition de Dassault Aviation.

Cette proposition française se fait en dehors du futur appel d'offres attendu depuis des mois et maintes fois reporté sur l'acquisition de 126 avions de combat par l'armée de l'air indienne (MRCA), dont le contrat est estimé entre 5 et 7 milliards de dollars. Si cette proposition était acceptée par Delhi, elle entrerait alors dans le cadre d'une procédure de gré à gré entre l'avionneur et le ministère de la Défense indien.

En visite à New Delhi en octobre dernier, le prédécesseur de Jacques de Lajugie avait déjà fait part au gouvernement indien de cette initiative française. Dassault Aviation s'appuie sur le besoin de l'armée de l'air indien (IAF) en matière d'avions multirôles de nouvelle génération. Dans ce cadre, l'IAF a signé en décembre dernier une nouvelle commande négociée de gré à gré avec l'avionneur russe Sukhoï de 40 avions de combat Su-30MKI.

En outre, les dirigeants de Dassault Aviation ne croient pas aux chances du Rafale dans le cadre de l'appel d'offre international, qui ne devrait pas être lancé à l'occasion d'Aero India, qui ouvre ces portes mercredi. Ils estiment que cet appel d'offres international devrait se résumer à un match russo-américain.

Enfin, en Inde, Dassault Aviation compte toujours sur le marché de modernisation des 52 Mirage 2000H, rénové sur le modèle Mirage 2000-5 polyvalent. Ce contrat est estimé à 1,5 milliard d'euros, armement compris. Réunis dans un consortium franco-indien (Dassault, Thales et MBDA d'un côté, de l'autre le groupe aéronautique HAL et le missilier Bharat), les groupes français attendent la publication d'une demande officielle de proposition (RFP ou Request for Proposal) de la part de l'Inde dans le courant de mars avant la fin de l'exercice budgétaire indien, qui se termine fin mars.

Les Indiens souhaiteraient intégrer dans le cadre de la modernisation de leurs appareils de l'avionique et des missiles air-air israéliens. Pour autant, la DGA a reconfirmé au ministère indien que la proposition française n'intégrerait pas d'équipements israéliens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :