L'action Alstom dopée par la signature d'un contrat américain

 |   |  278  mots
L'action Alstom gagne 3,41 % à 147,55 euros aujourd'hui en début d'après midi. Elle affiche ainsi la plus forte progression du CAC 40 en réaction à la signature d'un contrat aux Etats-Unis.

Le français Alstom multiplie les annonces. Mardi pas moins de trois communiqué. Un premier pour un contrat en Algérie (300 millions d'euros), un deuxième pour un contrat en Afrique du sud de 1,4 milliard et enfin un dernier sur l'EPR aux Etats-Unis. Le groupe dirigé par Patrick Kron a été choisi par l'américain Unistar Nuclear Energy (UNE) pour fournir au moins quatre ilots conventionnels (turbines à vapeur et alternateur) destinés aux futures centrales nucléaires EPR que UNE prévoit d'installer aux Etats-Unis. Le montant de l'opération n'a pas été révélé mais cette commande confirmée par lettre ouvre de vastes perspectives aux Etats-Unis dans le nucléaire à Alstom..

La décision finale de construire la première centrale nucléaire EPR aux Etats-Unis est toujours attendue, précise le groupe qui reste prudent. Mais il ajoute que "cet accord met UNE en bonne position pour passer une première commande à Alstom en 2008". UNE prévoit une première centrale nucléaire EPR en 2015 même si la décision finale de lancer la construction n'a pas encore été prise.

Filiale commune d'EDF et de Constellation Energy créée en juillet dernier, UNE est en charge du développement et de la mise en oeuvre aux Etats-Unis d'un parc de nouvelles centrales nucléaires. "Cet accord va conforter la position de leader d'UNE au moment où l'énergie nucléaire redémarre aux Etats-Unis et nous permet d'allouer dès maintenant les ressources nécessaires à la construction de la première centrale nucléaire de notre client pour une mise en service en 2015", a déclaré Philippe Joubert, vice-président exécutif d'Alstom.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :