Projet de rachat sur l'islandais Actavis

 |   |  232  mots
Une société d'investissement conduite par le président du laboratoire aurait l'intention de faire une offre de rachat de 4,5 milliards de dollars (3,3 milliards d'euros) sur le fabricant islandais de médicaments génériques. Cette offre ferait suite à deux acquisitions manquées par Actavis.

Le fabricant islandais de médicaments génériques Actavis qui s'est intéressé à un moment à la filiale des génériques que l'allemand Merck a décidé de vendre, pourrait faire l'objet d'une OPA. Actavis a annoncé jeudi qu'une société d'investissement conduite par le président du laboratoire, Robert Wessman, avait l'intention de faire sur lui une offre de rachat de 4,5 milliards de dollars (3,3 milliards d'euros).

La nouvelle a fait bondir l'action Actavis de 11,89% à 87,50 couronnes islandaises.

L'offre, qui vise également à retirer le groupe de la cote, fait suite à deux acquisitions manquées par Actavis, qui l'auraient fait entrer dans le trio de tête mondial des fabricants de génériques. Outre Merck, Actavis a été également candidat au rachat du croate Pliva " Les opérations de fusions-acquisitions devraient se perpétrer jusqu'à ce que les leaders du marché atteignent une taille efficiente ", estimait récemment un gérant de Pictet Funds. La consolidation a pesé pour 19 milliards de dollars en 2005, 10 milliards en 2006. Et le marché européen représente un potentiel encore important: le taux de pénétration des génériques est encore faible, soit seulement 6 % en France et 2 % en Italie selon Merrill Lynch. Sur la seule année 2007, l'équivalent de 11 milliards de chiffre d'affaires de la pharmacie devrait être accessible aux médicaments génériques en Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni et en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :