Recul du chômage en France à 8,4% fin février

Le nombre de demandeurs d'emploi a baissé de 1% en février, soit 19.900 personnes de moins inscrites en catégorie 1, selon des chiffres gouvernementaux. Le taux de chômage au sens du BIT a donc baissé de 1 point, s'établissant à 8,4% de la population active.

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie 1 (immédiatement disponibles et à la recherche d'un emploi à durée indéterminée à temps plein), a baissé en février de 1%, selon des données communiquées par le gouvernement. Cette catégorie, qui fait office de baromètre officiel, comptait fin février 19.900 demandeurs d'emploi de moins sur un mois, soit au total 2.066.100 inscrits.

Si bien que le taux de chômage au sens du BIT s'est établi fin février à 8,4% de la population active. Soit le niveau le plus bas depuis 1983, rappelle le gouvernement. En un an, le taux de chômage officiel est ainsi passé de 9,5% à 8,4%. Ce taux, qui seul permet des comparaisons internationales, ne prend en compte que les demandeurs d'emploi n'ayant pas du tout travaillé dans le mois, mais intègre ceux à la recherche d'un CDD ou d'un temps partiel. L'intégralité de la statistique sera publiée plus tard dans la soirée.

Selon les données partielles rendues public par le gouvernement, qui se félicite de la "baisse durable" du nombre de chômeurs de longue durée (inscrits à l'ANPE depuis un an ou plus), toutes les catégories de demandeurs d'emploi ont baissé entre décembre 2004 et décembre 2006, sauf une: celle des inscrits à l'ANPE se trouvant en emploi mais à la recherche d'un autre emploi (catégorie 5). Cette catégorie explose même, puisque sa progression est de près de 50% en deux ans. Si le chômage baisse, une partie des emplois créés ne satisfont pas ceux qui les occupent, en particulier les emplois aidés, qui ont fortement augmenté et sont systématiquement à temps partiel.

L'Insee a annoncé en janvier le report à l'automne de la publication de son enquête annuelle sur l'emploi en 2006, alors qu'elle aurait dû être publiée en mars. Cette étude donne chaque année des statistiques définitives du chômage en fonction des normes internationales définies par le BIT, à la différence des enquêtes mensuelles réalisées par le ministère de l'Emploi qui s'appuient sur les données de l'ANPE.

Or, les chiffres de l'ANPE sont depuis plusieurs mois l'objet d'une vive critique de la part du collectif Les autres chiffres du chômage (ACDC). Composé d'économistes, de statisticiens de syndicalistes, il dénonce en particulier la gestion administrative de la liste des demandeurs d'emploi, qui expliquerait en grande partie la baisse du chômage. Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault a qualifié jeudi d'"artificiels" et "farfelus" les chiffres du chômage.

Croissance 2006 revue en légère hausse en France
La dette publique de la France a baissé de 2,3 points en 2006, à 63,9% du PIB, le déficit est retombé à 2,5% du PIB et la croissance a été revue à 2,1%, selon les chiffres que l'Insee doit publier officiellement ce vendredi, selon le site internet de notre confrère Les Echos. Mardi, le ministre de l'Economie Thierry Breton avait dit espérer que la dette de la France en 2006 afficherait une baisse supérieure aux 2 points de PIB sur lesquels le gouvernement s'était engagé. Jusqu'à présent, le gouvernement affirmait que le déficit public de la France en 2006 devrait être proche de 2,6%. Quant à la dernière estimation de la croissance du produit intérieur brut de la France en 2006, dont l'Insee doit publier les résultats détaillés vendredi, elle était de 2,0%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.