DCNS, Finmeccanica et Thales fusionnent leurs activités d'armes sous-marines

 |   |  305  mots
Les trois groupes créent trois joint-ventures dédiées. Le projet devrait aboutir d'ici 2008 sur fond de grandes manoeuvres autour de l'avenir de Thales.

DCNS, Finmeccanica et Thales ont signé, ce vendredi 30 novembre, un accord pour fusionner leurs activités de systèmes d'armes sous-marines, annoncent les trois groupes de défense dans un communiqué commun. Ils précisent que la finalisation du projet devrait intervenir "d'ici 2008".

Le projet prévoit la création de trois "joint-ventures". La première assurera la responsabilité de la conception et de la commercialisation des torpilles et des systèmes de lutte anti-torpille. Elle sera détenue à 51 % par Finmeccanica et à 49 % par DCNS. La deuxième, contrôlée à 51 % par DCNS et à 49 % par Finmecannica, sera responsable de la fabrication des torpilles et de leurs essais. La troisième, la "JV Têtes Acoustiques", concevra développera, fabriquera et assurera le service support des têtes acoustiques et de l'activité sonar. Elle sera propriété à 51 % de Thales et à 49 % de Finmeccanica.

Les trois entreprises, qui coopèrent fréquemment ensemble, affirment que cet accord "constitue une nouvelle étape majeure dans la consolidation de l'industrie européenne navale de défense". Le communiqué indique que les trois partenaires "pourraient envisager d'ouvrir l'alliance à d'autres acteurs européens".

Nouvelles manoeuvres autour de Thales
Le groupe de Denis Ranque se trouve à la croisée des chemins, après l'échec annoncé de la fusion Thales-Safran et alors que la recomposition des industries de défense est dans les tuyaux du gouvernement. La Lettre A évoque deux hypothèses de rapprochement. L'une associerait Thales à Alcatel, son actionnaire à auteur de 21%. Cette solution permettrait à Serge Tchuruk d'adosser son groupe à l'activité cyclique à un autre au modèle économique plus stable. Seconde hypothèse, la fusion entre les deux grands de l'industrie de défense, EADS et Thales. Cette solution créerait un géant mondial face aux groupes américains. Mais il faudrait lever les contentieux entre les deux équipes qui se détestent cordialement ...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :