WestLB et HSH Nordbank débloquent 15 milliards de dollars pour leurs véhicules d'investissement structurés

 |   |  296  mots
En apportant des financements et des liquidités à leurs SIV, les deux banques allemandes cherchent à restaurer la confiance des investisseurs. Elles veulent aussi éviter des liquidations forcées de certains de leurs actifs.

Alors que la fin de l'année approche à grands pas et que des montants encore importants de dette à court terme (commercial paper) arrivent à échéance dans les prochaines semaines, les banques sont chaque jour plus nombreuses à se précipiter au chevet de leurs véhicules d'investissement structurés (SIV). Deux banques allemandes, WestLB et HSH Nordbank, ont ainsi annoncé aujourd'hui qu'elles allaient débloquer l'équivalent de 15 milliards de dollars (10 milliards d'euros) pour venir en aide à leurs véhicules hors bilan et pour éviter de devoir céder dans la précipitation certains de leurs actifs.

Un porte-parole de la WestLB a indiqué à l'agence Bloomberg que la banque publique allemande allait apporter une ligne de crédit de 11 milliards de dollars (7,5 milliards d'euros) à son SIV Harrier Finance. HSH Nordbank apportera de son côté un financement d'urgence de l'ordre de 3 milliards d'euros à son véhicule hors bilan Carrera Capital. En fournissant ainsi des lignes de financement et des liquidités à ces SIV, les banques cherchent à restaurer la confiance des investisseurs, mais elles veulent surtout éviter à tout prix des liquidations forcées de leurs actifs en étant contraintes de les vendre "à la casse".

Cette initiative est loin d'être un cas isolé. La banque britannique HSBC a annoncé fin novembre qu'elle était prête à débloquer quelque 35 milliards de dollars pour venir en aide à deux véhicules d'investissement structurés Cullinan et Asscher qu'elle va de surcroît consolider dans son bilan. Les banques américaines, Citi, JPMorgan Chase et Bank of America, planchent quant à elle, avec le secrétaire au Trésor Henry Paulson, sur la création d'un "super fonds" doté d'environ 80 milliards de dollars pour là aussi venir en aide aux SIV dans la tourmente, en se portant acquéreur de leurs actifs financiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :