Chute spectaculaire de 76% de Centro, nouvelle victime du "subprime"

 |   |  230  mots
Le propriétaire australien de centres commerciaux aux Etats-Unis, Centro, a annoncé ce lundi avoir des difficultés pour refinancer une dette de 776 millions d'euros en raison de la crise du "subprime". Le groupe a révisé à la baisse sa prévision de dividende pour 2008 et pourrait se lancer dans une restructuration. Ces annonces ont entraîné une chute du titre de plus de 76% à la Bourse de Sydney.

Après l'établissement australien de prêts immobiliers RAMS en août, c'est au tour de Centro d'être pris dans la tourmente du "subprime". Le propriétaire australien de centres commerciaux aux Etats-Unis a fait état ce lundi de difficultés dans le refinancement d'une dette de 1,3 milliard de dollars australiens (776 millions d'euros) du fait de la crise du crédit. Cette annonce a provoqué la chute libre du titre, qui a plongé de 76,14% à 1,36 dollar australien ce lundi à la Bourse de Sydney, pesant sur l'indice vedette, qui a fini en repli de 3,52%.

Cinquième acteur du secteur aux Etats-Unis, Centro peine à rembourser le prêt relais qu'il avait contracté en début d'année lors de son acquisition de New Plan Excel Realty Trust pour 3,4 milliards de dollars. Le groupe a ainsi révisé à la baisse sa prévision de dividende pour l'exercice 2008 de 14%, deux mois après avoir confirmé sa précédente prévision. Du coup, Centro pourrait même se lancer dans une restructuration complète, soit par des cessions d'actifs, soit en gonflant ses capitaux propres.

Autre mauvaise nouvelle : le groupe, qui détient un portefeuille d'actifs d'une valeur de 26,6 milliards de dollars australiens, aux Etats-Unis mais également en Australie et en Nouvelle-Zélande, a également annoncé la suspension de deux de ses fonds, Centro Direct Property Fund et Centro Direct Property Fund International.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :