Gordon Brown veut mobiliser les énergies pour créer 500.000 emplois

 |   |  517  mots
Devant les syndicats britanniques, le Premier ministre invite les forces vives du pays à se mobiliser pour répondre aux besoins du marché de l'emploi. Et il réaffirme la nécessité d'une discipline sur les salaires, y compris pour les fonctionnaires.

"Mettre rapidement en relation les travailleurs qui ont besoin d'un emploi et les emplois qui ont besoin de travailleurs": telle est l'ambition du Premier ministre britannique, Gordon Brown, qui a dévoilé lundi à Brighton, devant la conférence annuelle du Trades Union Congress (TUC, principale confédération syndicale), des mesures destinées à promouvoir le plein emploi dans le pays, en accélérant l'occupation des quelque 654.000 emplois vacants.

Le Royaume-Uni a déjà un des plus bas taux de chômage de l'Union européenne, à 5,4%. Cela n'a pas empêché le Premier ministre de suggérer au TUC de "travailler ensemble" avec le gouvernement pour "mettre rapidement en oeuvre des changements pratiques qui dégageront un demi-million d'emplois". Alors que le parti conservateur reproche au gouvernement d'avoir laissé s'installer un grand nombre d'immigrants dans le pays, Gordon Brown a paru décidé à faire en sorte qu'une majorité de ces emplois aillent à des Britanniques.

Il a indiqué que "ceux qui viennent au Royaume-Uni pour exercer un emploi qualifié devront apprendre l'anglais", "une exigence que nous nous apprêtons à étendre aux travailleurs moins qualifiés" a-t-il indiqué, sans autre détail. Gordon Brown a encore déclaré que 64 des 200 plus grosses entreprises du pays qu'il a consultées "s'étaient déjà engagées à embaucher, former et offrir des emplois" à des inactifs ou à des chômeurs, une mesure permettant de dégager 250.000 emplois d'ici à 2010, selon lui.

Le chef du gouvernement a estimé que le secteur de la construction pourrait recruter 5.000 jeunes gens pour bâtir les installations des Jeux Olympiques de 2012 à Londres. Et il a annoncé des mesures financières pour aider à l'emploi des parents isolés et un renforcement de l'apprentissage via notamment la création d'un service national pour les apprentis, dont il a souhaité voir le nombre passer de 250.000 à 500.000 d'ici à 2020.

Le Premier ministre a indiqué par ailleurs que les mauvais employeurs seraient plus sévèrement punis, et que la législation sur l'emploi temporaire serait renforcée. En revanche, il n'a pas exaucé les deux principaux souhaits du TUC pour ce congrès. Il n'a ainsi pas dit un mot au sujet d'une possible hausse d'impôt sur les plus fortunés, réclamée par la confédération syndicale pour financer la réduction des dépenses liées à la pauvreté dans le pays.

Par ailleurs, alors que les syndicats lui reprochent le plafonnement à 2% de la revalorisation des traitements des fonctionnaires, soit en dessous du niveau de l'inflation, Gordon Brown a clairement indiqué "qu'on ne pourrait créer des milliers d'emplois et accéder plus vite au plein emploi qu'en continuant à vaincre l'inflation au cours des dix prochaines années, comme on l'a déjà vaincue au cours des dix dernières années".

"Je vais être direct avec vous, a-t-il lancé à la salle, la discipline sur les salaires est essentielle pour prévenir l'inflation, maintenir la croissance et créer plus d'emplois. Et comme ce gouvernement ne veut prendre aucun risque avec l'économie et ne faire que des promesses qu'il peut tenir, ce sera la stabilité d'abord, maintenant et à l'avenir".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :