Nouveau record de l'euro, Bruxelles et Berlin s'inquiètent, Sarkozy reçoit Trichet

 |   |  436  mots
La devise européenne a amélioré encore ce jeudi son record face au dollar, en se hissant à 1,4875 dollar pour un euro. Le dollar reste affaibli par le ralentissement économique et la perspective d'une nouvelle baisse des taux d'intérêt aux Etats-Unis. Bruxelles et Berlin s'inquiètent désormais ouvertement de la trop grande vigueur de l'euro. Nicolas Sarkozy reçoit Jean-Claude Trichet (BCE) ce jeudi soir à l'Elysée.

L'euro se hisse vers de nouveaux sommets, ce jeudi lors des échanges asiatiques, établissant un nouveau record face au dollar, à 1,4875 dollar pour un euro. La devise américaine reste affaiblie par le ralentissement économique aux Etats-Unis et la perspective d'une nouvelle baisse des taux d'intérêt.

A 12h45 à Tokyo (3h45 GMT), la monnaie européenne a légèrement dépassé son précédent record de 1,4872 dollar, atteint quelques heures plus tôt également en Asie. Elle avait déjà battu un record à 1,4870 dollar la veille à New York. "Le dollar s'affaisse car les investisseurs le laissent tomber, ainsi que tous les actifs libellés en dollars" à cause des problèmes de l'économie américaine, commente Yoshifumi Suzuki, stratège chez Hachijuni Bank, cité par l'Agence France Presse.

Mardi soir, la Fed a révisé fortement ses perspectives de croissance pour les Etats-Unis en 2008 - comprises entre 1,8 et 2,5% contre 2,5 à 2,75% prévus auparavant - en raison de la crise de l'immobilier qui sévit outre-Atlantique.

Selon les cambistes, le billet vert pâtit également de spéculations selon lesquelles plusieurs pays du Golfe seraient en train d'envisager de réévaluer leurs monnaies, dont la plupart sont arrimées de façon fixe au dollar.

La vigueur de l'euro devient un problème pour les exportateurs européens, a estimé jeudi José Manuel Barroso, président de la Commission européenne. "Il est exact que l'euro très fort devient un motif de préoccupation pour certains secteurs exportateurs dans certains domaines de l'économie européenne", a-t-il déclaré à Reuters en marge d'un sommet réunissant l'UE et des pays du sud-est asiatique à Singapour.

Par ailleurs, la vigueur de l'euro pourrait partiellement expliquer le récent tassement des exportations allemandes, écrit le ministère des Finances allemand dans un rapport publié jeudi. L'institut Ifo a fait état d'une baisse, pour le quatrième mois consécutif, des exportations des entreprises allemandes en octobre, s'inquiète le ministère. "Ce recul s'explique par le ralentissement de l'économie mondiale, qui était largement attendu, mais également par l'effet négatif sur les exportions d'une appréciation de l'euro", précise le rapport mensuel du ministère.

En France, l'Elysée vient d'annoncer, ce jeudi à la mi-journée, que Nicolas Sarkozy recevra le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, en fin de journée. Le chef de l'Etat, qui n'a pas ménagé ses critiques contre la BCE ces derniers temps, entend faire avec Jean-Claude Trichet "un tour d'horizon des questions économiques et financières" avant la visite qu'il entame dimanche en Chine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :