Rachat de Northern Rock : Olivant présente son plan

 |   |  374  mots
Le groupe d'investissement britannique Olivant, candidat à l'acquisition de la banque en difficulté, a l'intention de lancer une augmentation de capital de 450 à 650 millions de livres (625 à 900 millions d'euros). Il aurait reçu des engagements de participation de la part de cinq actionnaires représentant 23% du capital. Le fonds américain JC Flowers aurait à l'inverse jeté l'éponge.

Le groupe d'investissement britannique Olivant, qui s'est déclaré candidat à la reprise de la banque en difficulté Northern Rock, a présenté son plan ce vendredi 7 novembre, malgré la nomination comme acheteur préféré d'un consortium emmené par Virgin. Olivant, emmené par Luqman Arnold, un ancien directeur général de la banque Abbey, a l'intention de lancer une augmentation de capital de 450 à 650 millions de livres (625 à 900 millions d'euros).

Il aurait reçu des engagements de participation de la part de cinq actionnaires représentant 23% du capital. Olivant lui-même prendrait 150 millions de livres de titres après cette augmentation de capital.

Le groupe d'investisseurs a par ailleurs l'intention de rembourser dès la fin de l'augmentation de capital 10 à 15 milliards de livres à la Banque d'Angleterre, sur les 25 milliards prêtées par celle-ci à Northern Rock depuis la mi-septembre, et le reste d'ici à la fin 2009.

Olivant garderait aussi le nom de Northern Rock, alors que le consortium Virgin a l'intention de fusionner la banque avec sa propre activité bancaire Virgin Money, et de rebaptiser le tout de ce nom. Luqman Arnold deviendrait président exécutif tandis que le directeur financier d'Olivant Kirk Stephenson deviendrait administrateur non exécutif de la banque.

A l'inverse, souvent évoqué comme éventuel repreneur, le groupe de capital-investissement américain J.C. Flowers aurait retiré son offre sur la banque britannique, selon le Daily Telegraph.

Aucun responsable au sein de J.C. Flowers n'a confirmé cette information. Mais le quotidien, qui s'appuie sur des sources internes au gouvernement britannique, estime que le fonds d'investissement aurait renoncé faute d'avoir trouvé un accord de reprise convenant à ses critères de rentabilité et aux exigences du gouvernement britannique.

Si ce retrait devait être confirmé, cela renforcerait le scénario d'une nationalisation de la banque de Newcastle envisagé sérieusement par le gouvernement. La dette de 25 milliards de livres de Northern Rock contractée auprès de la Banque d'Angleterre freine en effet beaucoup de repreneurs. Le groupe du milliardaire Richard Branson, Virgin, a déjà déposé une offre. Mais celle-ci ne satisfait pas entièrement le gouvernement britannique. Touchée de plein fouet par le crise du subprime, la banque britannique, a été sauvée de la faillite par la Banque d'Angleterre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :