TUI chahuté par ses actionnaires

 |   |  518  mots
L'assemblée générale du groupe allemand recentré sur le tourisme et le transport maritime a été très turbulente ce mercredi. Les actionnaires reprochent au management d'avoir détruit des milliards d'eurosau fil des ans, le titre n'ayant pris que 4% depuis 1994, date à laquelle Michael Frenzel en a pris les commandes. Seule la fusion de sa division tourisme avec le britannique First Choice a été applaudie.

"C'est un carton rouge que vous méritez", s'est plaint le représentant d'Union Investment, troisième plus gros fonds allemand, lors de l'assemblée générale des actionnaires du groupe allemand TUI qui se tient ce mercredi à Hanovre. "Vous êtes notre enfant à problème. Avez-vous encore le contrôle de ce qui se passe dans votre groupe ?", s'est indignée une gestionnaire de DWS, fonds de la Deutsche Bank.

Après les mauvais résultats publiés la semaine dernière par le leader européen du tourisme, les actionnaires n'ont pas lésiné sur les critiques réclamant comme l'an dernier déjà le changement de l'équipe en place et une stratégie enfin performante, alors que sur longue période, le titre est la lanterne rouge du DAX.

Un actionnaire a calculé que depuis l'arrivée de Michael Frenzel à la présidence du directoire du groupe allemand, en janvier 1994, le titre avait pris tout juste 4% alors que le DAX, l'indice des trente plus grosses valeurs allemandes, a gagné sur la période 300%. Et Continental, le fabricant de pneus allemands qui tient la corde dans le classement, a grimpé de plus de 660%.

Un bilan catastrophique, ont jugé en coeur la plupart des actionnaires qui se sont succédé au micro en rappelant toutes les acquisitions qui n'ont jamais tenu leurs promesses. La dernière, l'armateur canadien CP Ships pour 2 milliards d'euros, continue de lui poser des problèmes puisque le groupe, la semaine dernière, a dû concéder qu'il n'atteindrait pas un résultat opérationnel positif cette année, contrairement à ce que le directeur financier avait indiqué en mars.

"Quel rôle à joué dans tout cela le conseil de surveillance", s'est plaint un autre représentant du capital estimant que la gouvernance d'entreprise chez TUI avait particulièrement failli, démontrant clairement les limites du système.

Seul point positif pour les actionnaires, le mariage planifié de sa division tourisme avec le britannique First Choice qui va donner naissance à TUI Travel, nouvelle entité qui va être cotée à la bourse de Londres à priori dans le courant du mois d'août.

Le nouvel ensemble doit avoir un chiffre d'affaires combiné de quelque 18 milliards d'euros et plus de 30 millions de clients. TUI va apporter l'ensemble de sa division tourisme, soit plus de 14 milliards de chiffre d'affaires, et recevoir seulement 51% de la nouvelle entité TUI Travel. First Choice apporte de son côté ses 4 milliards de chiffre d'affaires en contrepartie de 49% des titres, grâce à sa rentabilité nettement plus élevée que celle de son futur partenaire.

Le groupe a par ailleurs annoncé l'édification d'un nouveau complexe touristique géant sur une surface de onze kilomètres carrés en Toscane. Dans un village entier qu'il vient de racheter dans la commune de Tenuta di Castelalfi, entre Pise et Florence, TUI va construire un hôtel club et deux hôtels classiques, rénover l'église et le château médiéval en ruines, bâtir des restaurants, des boutiques et un centre de remise en forme, et agrandir le golf situé à proximité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :