L'indien Ranbaxy aurait jeté l'éponge sur les génériques de Merck

Jugeant trop élevé le niveau de prix, le groupe indien se serait retiré de la course au rachat de la division de médicaments génériques de l'allemand Merck KGaA. Outre Ranbaxy, l'israélien Teva, l'islandais Actavis et les laboratoires Mylan basés aux Etats-Unis avaient été retenus pour le deuxième tour des enchères.

L'indien Ranbaxy Laboratories se serait retiré de la course au rachat de la division de médicaments génériques de l'allemand Merck KGaA , jugeant trop élevé le niveau de prix demandé, rapporte ce mardi la chaîne de télévision CNBC TV18.

S'appuyant sur des sources anonymes, CNBC TV18 explique que Ranbaxy a jeté l'éponge au deuxième tour des enchères pour cette division qui, selon les analystes, pourrait être vendue pour environ 4,5 milliards d'euros. Conformément aux règles de confidentialité, je ne peux ni confirmer, ni démentir cette information", a déclaré à l'agence Reuters un porte-parole de Ranbaxy.

Le laboratoire indien n'était toutefois pas seul à participer aux enchères sur les génériques de Merck. Outre Ranbaxy, l'israélien Teva Pharmaceutical, l'islandais Actavis et les laboratoires Mylan basés aux Etats-Unis avaient été retenus pour le deuxième tour des enchères.

Merck KGaA veut se séparer de sa division génériques pour se concentrer sur ses activités plus rémunératrices dans la pharmacie et dans la chimie, afin de réduire la dette qu'il a contractée en rachetant le suisse Serono en 2006 pour plus de dix milliards d'euros.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.