Le pétrole reste sous la barre des 53 dollars

 |   |  257  mots
Le brut a perdu plus de 2 dollars jeudi soir à New York à 51,88 dollars. Ce matin, il rebondit légèrement en Asie mais reste sous les 53 dollars le baril, un niveau inconnu depuis juin 2005.

Les cours du brut sont repartis à la hausse vendredi dans les échanges électroniques en Asie, mais restaient sous les 53 dollars le baril, un niveau inconnu depuis juin 2005. A 03H28 GMT, le baril de "light sweet crude" pour livraison en février bondissait de 72 cents à 52,60 dollars, contre 51,88 dollars jeudi soir à New York où il avait chuté de 2,14 dollars.Le brent de la mer du Nord pour livraison en février prenait 75 cents, à 52,45 dollars après avoir touché un plus-bas depuis mai 2005.

Les cours avaient commencé l'année autour de 61 dollars le baril avant de perdre plus de 9 dollars à Londres comme à New York, soit presque 15%. Ce déclin des prix devrait accentuer la pression exercée sur l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui fournit 40% du brut mondial, et voit sans doute fondre sa rente d'un mauvais oeil.

Le panier de l'Opep, moyenne des 11 bruts produits par les membres du cartel, valait mercredi 50,56 dollars le baril, son plus bas niveau depuis novembre 2005, un niveau jugé "cinq dollars trop bas au goût de l'Opep", selon Kevin Norrish, analyste chez Barclays Capital à Londres, cité par l'Agence France Presse.

Le ministre du Pétrole des Emirats arabes unis, Mohammad Al-Hamili, a reconnu jeudi que l'Opep était "inquiète", et que ses membres se consultaient régulièrement au sujet de la chute des cours. Une nouvelle baisse théorique de 500.000 barils par jour, décidée à la mi-décembre à Abuja (Nigeria) doit entrer en vigueur au 1er février. Elle pourrait cependant prendre effet plus vite que prévu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :