Les sondages ne laissent rien présager du tandem gagnant

 |   |  463  mots
Alors que trois électeurs sur dix ne savent pas encore pour qui ils vont voter, les dernières enquêtes divergent sur les mouvements d'opinion, en particulier concernant les quatre principaux candidats à la présidentielle. Mais tous les sondages donnent Nicolas Sarkozy en tête du premier tour.

Est-ce que Ségolène Royal sera présente au second tour de l'élection présidentielle? Est-ce que l'écart entre le candidat arrivé en tête et le suivant sera inférieur ou supérieur à trois points? Est-ce que François Bayrou sera deuxième ou troisième, ou quatrième derrière Jean-Marie Le Pen? Le candidat du Front national fera-t-il plus ou moins de 15% des voix? A ces questions, les derniers sondages, parus vendredi (ils étaient interdits à partir de samedi) ne permettent pas de répondre, tant leurs tendances divergent.

Le seul résultat commun aux enquêtes d'opinion cette semaine est l'arrivée de Nicolas Sarkozy en tête ce dimanche. Le candidat de l'UMP est crédité de 27% à 30% des suffrages au premier tour, selon les instituts de sondage. La candidate du parti socialiste bénéficie de 22,5% à 26% des voix. Il est donc impossible à ce jour de savoir si le duxième tour sera un duel droite-gauche et si c'était le cas, quel sera l'écart entre les deux candidats. Quant au vote en faveur de François Bayrou, l'outsider de cette élection présidentielle, il oscille entre 15% et 20%.

Le candidat de l'UDF dispute à Ségolène Royal le vote utile "anti Sarkozy" au premier tour, c'est-à-dire celui dont l'objectif est de faire battre le candidat de l'UMP au second tour. Il recueille la plus grande part des électeurs encore indécis à ce jour: six sur dix contre au moins un tiers des électeurs pour l'ensemble des candidats. François Bayrou, qui a fait sa campagne sur le thème de la rupture du traditionnel clivage gauche-droite, réussissant à capter une partie des électeurs socialistes déçus par la campagne de Ségolène Royal, se dit d'ailleurs persuadé de convaincre les indécis, mais aussi les jeunes, et d'être ainsi présent au second tour.

Le score du candidat du Front national, présent contre toute attente au second tour de la présidentielle de 2002, est très attendu dimanche. La campagne marquée à droite menée par Nicolas Sarkozy ces dernières semaines peut laisser penser que le candidat de l'UMP va capter une partie de l'électorat de Jean-Marie Le Pen, faisant passer le candidat du Front national sous la barre des 15%. Pour autant, d'autres enquêtes le créditent de 16% des voix, et le vote FN est traditionnellement sous-estimé par les sondages. Quel que soit le score du leader de l'extrême droite, un duel Sarkozy-Le Pen le 6 mai semble peu probable.

Derrière le quatuor de tête, les intentions de vote pour les autres candidats sont extrêmement faibles, inférieurs à 5% des voix, y compris pour Olivier Besancenot, qui arrive en tête des candidats de l'extrême gauche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :