Trois syndicats de la métallurgie nient avoir reçu de l'argent liquide de l'UIMM

 |   |  635  mots
Les fédérations CGC et CFTC du secteur récusent toute implication dans les importants retraits de fonds que le président de l'UIMM, Denis Gautier-Sauvagnac, est suspecté d'avoir effectué depuis 2000. FO Métaux se dit également "pas concerné par cette affaire".

L'affaire Denis Gautier-Sauvagnac embarrasse les syndicats. L'emblématique président de la fédération de la métallurgie du Medef, l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), est soupçonné d'avoir retiré plus de 5,6 millions d'euros en liquide depuis 2000 sur un compte de sa fédération, de loin la plus puissante financièrement de l'organisation patronale. Trois fédérations de la métallurgie, la CGC, la CFTC et FO, affirment ne pas avoir touché d'argent liquide en provenance de l'UIMM.

Certes, ce membre influent du Medef, chef de file de la délégation patronale dans les négociations de l'assurance chômage, la pénibilité au travail ou encore la modernisation du marché du travail, dément être impliqué dans les "malversations" sur lesquelles enquêtent Tracfin, l'organisme anti-blanchiment rattaché au ministère de l'Economie et des Finances. Denis Gautier-Sauvagnac affirme également ne pas être "allé en personne à la banque", la BNP, qui fait état de retraits pouvant aller jusqu'à 200.000 euros. Il n'a pas pour autant démenti l'existence des retraits.

Saisi par Tracfin lundi 24 septembre, le parquet de Paris a ordonné deux jours plus tard l'ouverture d'une enquête préliminaire sur cette affaire, dont les faits qui pourraient être reprochés à Denis Gautier-Sauvagnac pourraient être constitutifs d'abus d'influence. Deux questions se posent. Pourquoi cette affaire sort-elle aujourd'hui, alors que les faits ont comencé il y a sept ans et que la BNP a prévenu Tracfin en 2004, selon Les Echos? "Il y a du règlement de compte dans l'air", affirme un ancien négociateur syndical.

L'autre question est celle de la destination de cet argent liquide. Le financement des fédérations syndicales de la branche est à tel point évoqué que plusieurs d'entre elles se sont dédouanées par voie de communiqué. La CGC métallurgie, dont les liens historiques avec l'UIMM sont connus, a réagi la première, affirmant qu'"aucune valise d'aucune sorte n'est arrivé au 5 rue La Bruyère, siège de la fédération". "Si la rumeur visait à jeter sur la place publique la question du financement des organisations syndicales alors même que celles-ci sont engagées, à la demande du gouvernement, sur les tous les fronts", il faudrait "en profiter pour la poser et mettre les choses à plat en toute transparence comme l'ont fait les partis politiques", estime le président de la CGC métallurgie, Gabriel Ortero.

La CFTC Métaux a également "démenti catégoriquement" être liée à ces transferts de fonds en liquide, et demande que "toute la lumière soit faite" dans cette affaire tout comme la CFDT métallurgie qui se dit "stupéfaite" des faits reprochés à Denis Gautier-Sauvagnac. FO Métaux, autre fédération très liée à l'UIMM, n'a pas jugé opportun de publier un communiqué car, explique son secrétaire général Frédéric Homez, "nous n'avons rien à nous reprocher, nous n'avons donc pas à nous justifier". A la CGT, la consigne a été donnée aux secrétaires confédéraux de ne faire aucun commentaire sur cette affaire.

Plusieurs sources, patronales et syndicales, soupçonnent l'UIMM d'avoir utilisé les importantes sommes d'argent retirées en liquide pour obtenir des signatures syndicales dans des accords de branche, voire interprofessionnels. "Mais il ne s'agit pas véritablement d'un achat de signatures, cela correspond à des pratiques ancestrales dans le monde du paritarisme", analyse un négociateur patronal, qui réclame depuis des années "un financement transparent" de la gestion d'organismes sociaux par les partenaires sociaux et pense que "cette affaire peut accélérer les choses". Le président de la République a annoncé qu'il voulait une réforme du financement de la formation professionnelle, dont les fonds sont gérés paritairement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :