Téhéran dénonce sa condamnation à 2,65 milliards de dollars de dommages

 |   |  316  mots
Le gouvernement iranien a dénoncé samedi la décision d'un juge fédéral américain qui a condamné l'Iran à verser 2,65 milliards de dollars de dommages aux familles de 241 soldats américains tués lors d'un attentat au Liban en 1983. Ces compensations financières pourraient être les plus importantes jamais exigées par un tribunal aux Etats-Unis contre un pays étranger.

"Ce verdict est sans fondement", a déclaré le porte-parole du gouvernement iranien, Gholamhossein Elham. "Malheureusement, certains tribunaux américains, sans entendre les rapports de la partie adverse et sans investigation, prononcent des verdicts injustifiés, illogiques et indéfendables sur le plan juridique", a-t-il ajouté. Selon lui, "ces verdicts montrent les pressions politiques pour piller les ressources de l'Iran aux Etats-Unis". Les familles des soldats américains tués à Beyrouth voudraient faire saisir des actifs iraniens dans les banques américaines.

Le juge américain a accordé vendredi un total de 2,656.944 milliards de dollars d'indemnités allant de moins de 1 million de dollars à 12 millions de dollars aux épouses, enfants, frères et soeurs des victimes de l'attentat de Beyrouth du 23 octobre 1983. Au total, 241 soldats américains, parmi lesquels 220 Marines, avaient trouvé la mort lorsqu'un camion chargé de 19 tonnes d'explosifs avait été lancé contre le quartier-général des forces américaines près de l'aéroport.

L'attentat, le plus meurtrier contre des Américains avant les attaques du 11 septembre 2001, a été attribué au Hezbollah, soutenu par l'Iran. Téhéran a nié tout lien avec cet attentat. En 2003, le tribunal avait déjà émis un jugement reconnaissant l'Iran "légalement responsable pour avoir fourni un soutien financier et matériel ayant aidé à perpétrer la tragique attaque contre les 241 soldats à Beyrouth en 1983".

Le porte-parole de Téhéran a affirmé que la représentation de l'Iran auprès des Nations unies "allait suivre cette affaire". L'Iran et les Etats-Unis n'ont pas de relations diplomatiques depuis 1980.

Le tribunal a reconnu que le montant des compensations demandées dans son jugement "pouvait être le plus important jamais exigé par un tribunal aux Etats-Unis contre un pays étranger". Le juge a précisé n'avoir reçu aucune requête de l'administration américaine indiquant que sa décision pouvait interférer avec les affaires étrangères des Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :