L'OCDE encourage la France à poursuivre ses réformes dans l'éducation

 |   |  295  mots
"L'ensemble des réformes" éducatives examinées aujourd'hui en France "vont vraiment dans le bon sens", ont estimé mardi des responsables de l'OCDE. Mais ils appellent à la "prudence" sur leur mise en oeuvre.

"L'ensemble des réformes qui sont à l'examen en France à l'heure actuelle vont vraiment dans le bon sens", a déclaré Bernard Hugonnier, de la direction pour l'Education de l'OCDE, lors de la conférence de presse de présentation du rapport annuel de l'organisation. "C'est un coup d'accélérateur", a-t-il ajouté, répondant à une question sur les moyens de parvenir à une augmentation du pourcentage d'une classe d'âge arrivant au niveau du bac et ensuite à un diplôme d'enseignement supérieur.

Parmi les "réformes à l'examen", ont été cités la "simplification des programmes et un allègement des programmes", le "soutien scolaire" après la classe, "la fin du collège unique", ou "avoir un bac qui soit plus un bac par option qu'un bac par filière".

Son collègue Eric Charbonnier a toutefois appelé à la "prudence" dans la mise en oeuvre de ces réformes. "L'allègement ou la simplification des programmes peut être une bonne idée mais il ne faut pas appauvrir encore le système d'éducation, la qualité des formations et le niveau moyen de performance", a-t-il indiqué. Cela doit "rester lié à la pédagogie". Il a par ailleurs souligné que supprimer le collège unique ne devait pas se traduire par une "différenciation" précoce entre enseignement général ou professionnel.

Sur le bac à option, Eric Charbonnier à mis en garde contre "le danger que le milieu socio-économique soit le facteur (principal, ndlr) qui va faire qu'un élève va choisir une option scientifique ou une option d'un autre type de matière". Enfin, il a averti que la suppression de la carte scolaire pouvait, comme le montre le cas de la Nouvelle-Zélande, être "un échec" et "aggraver les inégalités sociales".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :