La Poste vise une marge opérationnelle de 8,5% en 2012

 |  | 815 mots
Lecture 4 min.
La Poste française dévoile ce vendredi son nouveau plan stratégique 2008-2012, qui vise à améliorer sa rentabilité pour se hisser "dans le peloton de tête des opérateurs postaux en Europe". Par ailleurs, le prix du timbre pour les envois de lettres de moins de 20 grammes augmentera d'un centime le 1er mars prochain, passant de 54 à 55 centimes d'euro.

La Poste française a dévoilé ce vendredi son nouveau plan stratégique 2008-2012, qui vise à améliorer sa rentabilité pour se hisser "dans le peloton de tête des opérateurs postaux en Europe", tout en faisant de sa mission de service public un atout face aux concurrents.

Ce plan, baptisé "Performance et confiance", veut faire de La Poste "un leader européen dans chacun de ses métiers et un modèle de banque original, avec une banque performante, simple et accessible à tous", a expliqué à l'Agence France Presse (AFP) le président de La Poste, Jean-Paul Bailly.

Objectif numéro un: améliorer la rentabilité. L'établissement public s'y s'est déjà employé dans le plan démarré en 2003, qui s'achève ces jours-ci: durant cette période, "notre marge d'exploitation a plus que triplé, passant de 1,7% à 5,8%" attendu pour 2007, rappelle Jean-Paul Bailly. Et d'ajouter: le groupe a "l'ambition à l'horizon 2012 d'atteindre une marge opérationnelle de 8,5%, ce qui nous met dans le peloton de tête des opérateurs postaux en Europe".

Parce que le leader européen, le néerlandais TNT, opérateur privé sur un territoire plus restreint, lui est difficilement comparable, La Poste préfère regarder du côté du numéro deux, l'allemand Deutsche Post, plus ressemblant. Dès 2008, en visant une marge supérieure à 6%, La Poste prévoit d'être "quasiment à égalité, en termes de rentabilité, avec la poste allemande", qui a atteint 6,4% en 2006.

Dans le Courrier, La Poste veut avoir "l'outil industriel et logistique le plus performant d'Europe en 2012", en continuant son travail de modernisation. Sur le segment Colis-Express, elle veut "conforter" sa place de "numéro deux en Europe", et nouer des partenariats mondiaux. Dans la Banque, nouvelle activité de La Poste depuis 2006, le groupe souhaite "avoir la totalité de la gamme d'une banque de détail" en 2012.

Mais La Poste veut aussi miser sur sa mission de service public pour se différencier comme acteur de confiance, face aux clients, quand le marché du courrier s'ouvrira totalement à la concurrence en 2011. Elle mettra l'accent sur ses obligations de distribution (5 jours sur 7 selon le service universel) et de présence territoriale (17.000 bureaux de poste).

Autre mission, la distribution des journaux: une négociation tripartite avec l'Etat et la presse démarrera début 2008 pour renouveler l'accord arrivant à échéance dans un an.Son objectif est "qu'à l'horizon 2011, les conditions économiques et tarifaires de cet accord soient compatibles avec les règles communautaires et la position concurrentielle de La Poste", explique Jean-Paul Bailly.

Sur le livret A, dont la Banque Postale et la Caisse d'Epargne perdront le monopole de distribution en 2008, La Poste "sera très attentive aux modalités de cette banalisation, afin que cela préserve les résultats de la Banque Postale et que cela permette de financer la mission d'accessibilité du livret A pour les foyers les plus modestes".
Enfin, La Poste se veut "responsable", d'abord sur le développement durable, après avoir lancé en avril un appel d'offres pour 500 véhicules électriques.Elle promet d'engager sa responsabilité vis-à-vis des postiers, avec moins de CDD, plus de temps plein et en développant l'intéressement.

Dernière responsabilité, probablement la plus cruciale: celle vis-à-vis des clients, en promettant de réduire l'attente aux guichets pour les opérations courtes et d'ouvrir tous les guichets quand les files d'attente sont importantes.
Un énorme chantier à mettre en oeuvre pour La Poste, qui prévient que ces objectifs ne seront que "progressivement tenus" d'ici 2012.

Le prix du timbre va passer à 55 centimes le 1er mars
Le prix du timbre pour les envois de lettres de moins de 20 grammes augmentera d'un centime le 1er mars prochain, passant de 54 à 55 centimes d'euro. L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a donné son autorisation pour cette hausse de 1 centime, qui représente une augmentation de 1,8%. "A 55 centimes d'euro, le prix du timbre en France se situera dans l'exacte moyenne des tarifs européens pour l'envoi d'une lettre domestique alors même que La Poste assure 6 jours sur 7 (ce qui n'est pas le cas dans tous les pays européens) une mission de service universel la plus large d'Europe, avec un coût de collecte et de distribution plus élevé", explique La Poste dans son communiqué. Selon La Poste, l'impact de cette hausse sera d'un peu plus de 10 centimes d'euro par mois et par foyer, soit moins de 1,50 euro par an et par foyer. Les entreprises qui utilisent la gamme "courrier industriel" de La Poste ne seront pas concernées par ce changement de tarif. Selon la Poste, cette hausse vise trois objectifs: assurer le financement du service universel du courrier (service minimum garanti au citoyen), financer le programme de modernisation du courrier et compenser en partie la hausse du prix des hydrocarbures, dont l'impact sur La Poste s'est élevé à près de 30 millions d'euros en 2007.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :