La grande distribution soutient l'investissement publicitaire

Le Syndicat national de la publicité télévisée (SNPTV) annonce une hausse de 3,3% des investissements publicitaires en janvier 2007. Cette hausse est liée à la possibilité offerte à la grande distribution de diffuser des spots à l'antenne depuis le 1er janvier. Intermarché a été le plus gros annonceur devant Leclerc et Auchan

2 mn

Les investissements publicitaires bruts sur les chaînes de télévision hertziennes françaises ont progressé de 3,3% en janvier 2007, à 431,1 millions d'euros, comme l'annonce aujourd'hui le Syndicat national de la publicité télévisée (SNPTV). En ce qui concerne les chaînes câblées, du satellite et de la TNT (Télévision numérique terrestre), les investissements bruts ont atteint 68,1 millions d'euros en janvier, soit une progression de 62,7%. Dans le domaine des annonceurs, le secteur de l'alimentation caracole en tête avec 100,3 millions d'euros (+ 7,2%) devant l'hygiène-beauté (48,9 millions) et les transports (39,8 millions).

Cette progression est directement liée à l'apparition depuis le 1er janvier 2007 des spots publicitaires des enseignes de la grande distribution. Depuis ce changement de législation, les établissements commerciaux ont fortement réduit les investissements publicitaires dans la presse écrite pour s'offrir des écrans télévisés. Les quotidiens régionaux ont vu l'intérêt des distributeurs dégringoler de 50% au cours du mois de janvier. Les géants de la grande distribution ont transféré leur budget et investi 27,3 millions d'euros bruts en spots télévisés sur les chaînes hertziennes lors du premier mois de l'année 2007. "Le plus gros annonceur a été Intermarché, avec 3,9 millions d'euros investis, suivi de Lerclerc (3,5 millions), Auchan (3,1 millions), Système U (2,7 millions) et Champion (2,1 millions)", selon Eric Trousset, directeur marketing du pôle investissements publicitaires de TNS Media Intelligence.

Selon la société de mesure d'audience, Médiamétrie, la durée d'écoute quotidienne de l'ensemble des chaînes auprès des individus âgés de plus de quatre ans a été de 3h46 en moyenne, en janvier. Soit deux minutes de plus qu'un an plus tôt. TF1 a avalé plus de la moitié des investissements et M6 le tiers. Les distributeurs ont eu tendance à "surinvestir" en soirée, puisque 66% de leurs spots étaient publiés à ce moment de la journée.

Le mois de janvier est traditionnellement le quatrième mois le moins investi en publicité télévisuelle, comme le confirme Eric Trousset: "Le mois de janvier n'est pas le plus représentatif, il faut donc être prudent et ne pas extrapoler sur l'ensemble de l'année". Les dépenses publicitaires des distributeurs se font surtout au dernier trimestre.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.