Bain de jouvence pour les magazines de jazz

Automne tonique pour la presse jazz. Jazzman et Jazz Magazine adoptent de nouvelles maquettes et adaptent leur contenu.

Octobre 2007 restera comme le mois du renouveau pour les mensuels de jazz. Simultanément, les deux leaders du marché français, Jazzman et Jazz magazine*, renouvellent leur formule.

Lancé il y a quinze ans, Jazzman se transforme radicalement. Un changement qui s'affiche "à la une" où la signature "le journal de tous les jazz" a cédé la place à "musique et culture jazz". Alex Dutilh, directeur de la rédaction, explique cette évolution: "Jazzman se veut le médiateur entre les deux bouts de la chaîne culturelle, les musiciens et le public".

Doté d'une nouvelle maquette, fortement illustré, Jazzman s'ouvre ainsi à la "culture jazz" avec une rubrique consacrée aux films, livres ou BD inspirés par le jazz ou encore un portrait d'un jazz fan (ce mois-ci le médecin urgentiste Patrick Pelloux ). Signe visible de cette ouverture, le mensuel présente un dossier spécial "pourquoi j'aime le jazz" avec les avis de personnalités, de Jacques Higelin à... Guy Roux (Jazzman, 4,50 euros, 90 pages). Son frère aîné, Jazz Magazine (fondé en 1954), s'est aussi livré à une cure de jouvence. Des nouvelles rubriques - une chronique dédiée aux lecteurs pratiquant un instrument, une étude de partition, une tribune libre - et des pages d'actualité étoffées constituent les principales innovations. Sous la responsabilité de Fred Goaty (directeur de la rédaction) et Franck Bergerot (rédacteur en chef, transfuge de Jazzman), Jazz Magazine entend "faire aimer le jazz dans tous ses états et tous ses éclats". La preuve: l'édition d'octobre (n° 585) consacre son dossier central à Jaco Pastorius, héros de la basse, avec des sujets sur l'instrument chez Duke Ellington et dans le rock (Jazz magazine. 5 euros. 82 pages).


*Jazz Magazine et Jazzman appartiennent à la famille Ténot. Frank Ténot avait en 1955, acquis, auprès des Barclay, Jazz Magazine, avec Daniel Filipacchi, aujourd'hui chairman emeritus de Jazz Magazine. En 2003, Frank Ténot avait racheté Jazzman, fondé en 1992, à son propriétaire d'alors, DI Group, qui publie notamment La Tribune. Depuis son décès en 2004, c'est sa famille qui assume la direction des deux titres.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.