Total révise à la baisse ses objectifs de production

 |   |  311  mots
Le groupe pétrolier français a accusé une baisse de 11% de son bénéfice net ajusté au premier trimestre 2007, à 2,992 milliards d'euros, en raison notamment d'une baisse de 6% du prix du Brent par rapport à l'an passé. Pour l'ensemble de l'année, Total revoit à la baisse sa prévision de croissance de la production, tablant désormais sur une hausse inférieure à 6% en raison de l'anticipation de contributions plus limitées que prévu en Azerbaïdjan et au Venezuela et des incertitudes persistantes sur la situation au Nigeria.

Le groupe pétrolier français Total a accusé une baisse de 11% de son bénéfice net ajusté au premier trimestre 2007, à 2,992 milliards d'euros, en raison notamment d'une "baisse de 6% du prix du Brent par rapport à l'an passé", a annoncé le groupe vendredi dans un communiqué. Le chiffre d'affaires s'établit en baisse de 3% à 37,043 milliards d'euros.

Total, le quatrième groupe pétrolier mondial par la capitalisation boursière, déclare que sa production d'hydrocarbures est restée stable sur les trois premiers mois de l'année, à 2,431 milliards de barils équivalent pétrole par jour. Pour l'ensemble de l'année, Total revoit à la baisse sa prévision de croissance de la production, tablant désormais sur une hausse inférieure à 6% (contre 6% auparavant) "en raison de l'anticipation de contributions plus limitées que prévu en Azerbaïdjan et au Venezuela et des incertitudes persistantes sur la situation au Nigeria".

Le groupe confirme toutefois son objectif d'une hausse de la production de plus de 5% par an en moyenne d'ici 2010. Il explique la baisse de ses résultats par le repli de 6% du cours moyen du brut, à 57,8 dollars, par rapport au premier trimestre 2006 et par la baisse du dollar par rapport à l'euro.

Les marges de raffinage européennes ont en revanche progressé de 28% à 33 dollars la tonne en moyenne.
Dix analystes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un résultat net ajuste en baisse de 15,3%, à 2,858
milliards d'euros. Pour le bénéfice opérationnel, ils prévoyaient en moyenne 5,497 milliards d'euros alors que le groupe a réalisé 5,729 milliards.

"Depuis le début du deuxième trimestre 2007, les prix du brut ont progressé sous l'effet des craintes sur
l'approvisionnement du marché et de l'application de réductions de production par les pays de l'Opep. Les marges de raffinage se situent en moyenne à unn niveau supérieur à celui du premier trimestre", ajoute le groupe

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :