Le FMI met en garde Paris contre tout dérapage budgétaire en 2008

 |   |  295  mots
"L'exécution du budget 2008 devra être attentive aux risques de dérapage", s'inquiète le Fonds monétaire international. Il s'insurge en outre de la "tendance déjà ancienne" en France "consistant à résoudre les difficultés économiques à l'aide des deniers publics", par la dépense ou les allègements fiscaux.

Mise en garde appuyée du Fonds monétaire international (FMI) à Paris, ce vendredi 7 novembre. Le déficit budgétaire de la France risque de dépasser le plafond fixé par l'Union européenne si les risques de ralentissement de la croissance se matérialisent, estime le Fonds, dans les conclusions d'une mission sur l'économie française. Le FMI recommande à Paris d'encourager les salariés à travailler plus mais l'appelle aussi à "rompre avec la tendance consistant à résoudre les difficultés économiques à l'aide des deniers publics".

"Cette tendance déjà ancienne a abouti à un système dans lequel, pour faire face à une distorsion économique, on recourt à la dépense et aux allègements fiscaux, ce qui crée souvent de nouvelles distorsions et, en tout état de cause, pèse sur les finances publiques", souligne l'organisation dirigée par le français Dominique Strauss-Kahn.
"L'exécution du budget 2008 devra être attentive aux risques de dérapage. Ces risques proviennent avant tout de perspectives de croissance inférieures à celles sur la base desquelles le budget a été élaboré et des pressions continues à la hausse des dépenses, notamment de sécurité sociale (branches santé et assurance vieillesse)", poursuit le FMI.

"Si les risques que l'environnement mondial fait peser sur la croissance se concrétisaient, le déficit pourrait frôler dangereusement la limite fixée par le traité de Maastricht. Les autorités doivent demeurer vigilantes face à ces risques et prendre des mesures correctives en cours d'année si nécessaire", avertit le Fonds.

Le traité de Maastricht prévoit un plafond de déficits publics de 3% du PIB. Le FMI prévoit pour la France une croissance du PIB légèrement inférieure à 2% cette année. Les prévisions du gouvernement Fillon vont de 2 à 2,5%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :