Les Etats-Unis et la Corée reprennent leur négociation sur le libre-échange

 |   |  502  mots
Les deux pays n'ont pas réussi l'an passé à trouver un accord en raison de divergences sur des questions comme le système anti-dumping américain. Les questions les plus sensibles seront traitées en dehors des négociations formelles.

Les négociateurs américains et sud-coréens ont entamé une sixième session de discussions devant aboutir à un accord de libre échange (Ale) avec à la clé une hausse du commerce de 29 milliards de dollars.

Les négociations n'ont pu être conclues l'an dernier faute d'accord, alors que s'approche la date fatidique de la fin de l'habilitation du président Bush l'autorisant à faire adopter en bloc un accord commercial par le Congrès américain.

Pour pouvoir avancer, la question des importations sud-coréennes de boeuf, un des dossiers les plus sensibles, devrait être résolue séparément, selon l'adjoint du Représentant au commerce américain, Wendy Cutler. Les règles anti-dumping, les médicaments et les automobiles ne seront pas davantage comprises dans les négociations formelles.

L'administration du président George W. Bush tente d'accélérer les négociations des accords commerciaux avec les pays tels que la Corée du sud avant que n'expire le mandat de négociation présidentiel, début juillet. Un tel accord pourrait stimuler les exportations américaines vers la Corée de 19 milliards de dollars, les exportations coréennes pouvant être dopées de 10 milliards de dollars, selon la Commission américaine du commerce international.

"Je reste plein d'espoir et optimiste sur les chances de conclure, mais nous avons encore beaucoup de travail à effectuer", a indiqué Wendy Cutler. Celle-ci et l'ambassadeur Kim Jong Hoon, au sein du ministère des Affaires étrangères sud-coréen, ainsi que leurs équipes respectives, doivent se rencontrer formellement cette semaine sur des questions telles que les droits de la propriété intellectuelle et les services de santé.

"Les deux parties sont parvenues à un consensus, démontrant autant de flexibilité que possible dans ces discussions", a assuré Kim Jong Hoon.

Parmi les sujets de discussion, déjà abordés l'année passée, figurent des questions aussi diverses que les produits fabriqués en Corée du nord et les importations de riz qui inquiètent au plus haut point les riziculteurs sud-coréens.

Fin décembre, les Etats-Unis ont rejeté une demande sud-coréenne de modification du système américain d'anti-dumping ou de celui des subventions. Séoul voudrait notamment définir les limites dans lesquelles des produits pourraient être pénalisés selon les dispositions américaines.

Selon celles-ci, les Etats-Unis peuvent sanctionner des importations de produits jugés vendus à des prix injustement bas ou subventionnés par un gouvernement étranger. Le cas s'est présenté avec l'acier provenant de Corée et d'autres pays, dont les importations ont été contenues en 2002 par les Etats-Unis grâce à des sanctions, une action jugée illégale par les arbitres commerciaux internationaux.

Les Etats-Unis sont le deuxième marché d'exportation pour la Corée après la Chine. Mais pour Washington, la Corée n'est que le septième débouché commercial. Wendy Cutler a indiqué qu'elle espérait davantage de propositions de la part de la Corée sur la question de l'anti-dumping.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :