Nexity confirme ses prévisions pour l'exercice 2007

 |   |  598  mots
Le groupe immobilier a réalisé un chiffre d'affaires de 1,62 milliard d'euros sur les 9 premiers mois de l'année 2007, en hausse de 27,3%. Nexity confirme ses prévisions d'un résultat net pour l'année "supérieur ou égal à 220 millions d'euros" selon un communiqué publié ce mardi.

Pas de mauvaises suprises pour le groupe immobilier Nexity: il annonce ce mardi avoir réalisé un chiffre d'affaires de 1,62 milliard d'euros sur les 9 premiers mois de l'année 2007, en hausse de 27,3% et confirme ses prévisions d'un résultat net pour l'année "supérieur ou égal à 220 millions d'euros".

Le carnet de commandes s'est étoffé de 9% sur la même période, à 3,2 milliards d'euros, soit 19,3 mois de chiffre d'affaires. Cette progression "résulte notamment de la consolidation, au 1er juillet 2007, des activités de service du pôle immobilier du Groupe Caisse d'Epargne (GCE)", précise Nexity dans son communiqué, "un effet de 8%". A périmètre constant, le chiffre d'affaires progresse de 18%.

Nexity et le Groupe Caisse d'Epargne ont signé un partenariat en 2007 au terme duquel l'Ecureuil détient 38,2% du capital du premier groupe immobilier intégré français. Ce partenariat "permettra au groupe de mieux répondre encore aux besoins immobiliers de ses clients, en constituant le premier groupe immobilier français intégré", a commenté Alain Dinin, PDG de Nexity, cité dans le communiqué. "La récurrence des performances du groupe souligne la solidité du marché français, peu sensible aux turbulences connues par plusieurs grands marchés étrangers", ajoute Alain Dinin.

Nexity maintient ses objectifs d'un résultat net supérieur ou égal à 220 millions d'euros pour 2007 et affiche, à l'horizon 2010, une croissance de résultat de 8 à 10% en moyenne, et de 11% pour le chiffre d'affaires.

L'activité commerciale "reste soutenue" au cours des neuf premiers mois de 2007 avec +8% de réservations, en valeur, sur le pôle logement, et une hausse de 10% pour les primo-accédants, à 1.831 unités. Le chiffre d'affaires de ce secteur est de 1,167 milliard d'euros ( 20,5%) et le carnet de commandes est de 2,608 milliards d'euros ( +21% sur un an). Le volume des réservations de logements neufs est en hausse de 5,7%, soit 7.355 unités, pour un prix moyen de 3.414 euros/m2, une hausse de 4%. La surface moyenne est stable, à 63 m2. Nexity dispose en outre d'un potentiel foncier correspondant à 38.375 lots.

Pour le tertiaire (immobilier d'entreprise), le chiffre d'affaires est de 282,9 millions d'euros (+20,3%). Les prises de commandes de ce pôle s'établissent à 292 millions d'euros, contre 77 millions d'euros pour la même période en 2006. A l'international -Milan et Barcelone-, les commandes s'élèvent à 109,3 millions d'euros. Le carnet de commandes est de 621 millions d'euros.

Le pôle Services et Distribution affiche un chiffre d'affaires de 169,3 millions d'euros (+ 230% car il intègre, pour la première fois, les services immobiliers de la Caisse d'Epargne, à hauteur de 101,2 millions d'euros). Au cours des 12 derniers mois, 190 nouvelles agences de franchisés -Century 21, Guy Hoquet- ont été ouvertes, portant leur total à 1.555 agences fin septembre. Sur les 9 premiers mois de l'année, ces deux réseaux ont réalisé 52.000 transactions. Pour le pôle Villes et Projets, le potentiel foncier non commercialisé de Nexity atteint 925.600 mètres carrés au 30 septembre.

Logement: Nexity demande au gouvernement de respecter ses engagements
Alain Dinin a exhorté le gouvernement à "respecter ses engagements" en matière de logement, le jugeant "absent" sur cette question "au plus haut niveau". "Le gouvernement est particulièrement absent de la problématique du logement au plus haut niveau. (...) Le gouvernement n'est pas là", a-t-il accusé lors d'une conférence de presse. Il a rappelé l'objectif affiché de 500.000 nouveaux logements construits par an pendant les 10 années qui viennent, dont 120.000 logements sociaux. "Si on doit continuer sur le rythme actuel de 420.000 logements construits par an, il n'y a pas de problème" pour la profession, a-t-il ajouté, mais "on sait que cela ne permettra pas de résoudre l'actuelle crise du logement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :