Les actionnaires de Baccarat refusent l'augmentation de capital demandée par Starwood

 |   |  272  mots
Malgré la demande du fonds d'investissement Starwood, actionnaire à 51 % de la cristallerie de luxe, l'augmentation de capital de 40 millions d'euros n'a pas été accepté. Actionnaires historiques, les fondations de Chambrun et Cognac-Jay ont fait jouer leur minorité de blocage, refusant d'être diluées.

Les actionnaires de Baccarat ont rejeté mardi soir lors d'une assemblée générale extraordinaire l'augmentation de capital d'environ 40 millions d'euros proposée par le principal actionnaire, le fonds d'investissement Starwood Capital. Ce dernier est détenteur de 51% du capital de la cristallerie depuis le rachat de la Société du Louvre, la maison mère de Baccarat, en décembre 2005.

La levée de fonds était contestée par les actionnaires historiques de la firme de luxe, les fondations de Chambrun (33,5% du capital) et Cognacq-Jay (0,6%), qui refusaient de perdre leur minorité de blocage de 34% du fait de cette augmentation de capital. Les fondations ont, en revanche, perdu un siège au conseil d'administration où elles ne comptent désormais plus qu'une voix sur 13 contre 2 voix sur 11 auparavant.

Dans un communiqué, Starwood s'est déclaré déçu que "les résolutions concernant l'augmentation de capital n'aient pas été acceptées". Mais il s'est engagé à poursuivre le développement de la société et à présenter un plan à cette fin lors du conseil d'administration du 26 janvier.

Lors de l'Assemblée générale, le président de Starwood Capital, Barry Sternlicht, a assuré que "Baccarat n'était pas à vendre", pour faire taire les rumeurs en ce sens. "Quoi qu'en disent les autres actionnaires nous sommes dans cette affaire des investisseurs et non des vendeurs", a-t-il déclaré. "Nous pensons qu'avec le temps et un niveau d'investissement approprié, il est possible de faire de la maison Baccarat une marque de luxe mondiale". Mais il a souligné que les fonds générés par l'activité ne suffiraient toutefois pas à financer un tel essor.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :