Le pétrolier Eni pique du nez au troisième trimestre

 |   |  223  mots
Son bénéfice net a plongé de 28,7% à 1,89 milliard d'euros. Baisse de production, recul des marges et hausse des coûts d'exploration expliquent le phénomène.

En ces temps de pétrole cher, les groupes pétroliers ne sont pourtant pas tous à la fête. L'italien Eni annonce ainsi ce mercredi avoir subi une baisse de 27,8% de son bénéfice net ajusté au troisième trimestre à 1,89 milliard d'euros.

Il l'explique par une baisse de sa production (-2,9% à 1,66 million de barils par jour, bpj) due aux tensions au Nigeria où le groupe transalpin est très implanté, une hausse de ses coûts d'exploration et un recul de ses marges dans le raffinage. Sans oublier le plongeon du dollar face à l'euro.

Tout cela pèse sur sa rentabilité. Le bénéfice d'exploitation ajusté a ainsi reculé de 17% à 4,24 milliards d'euros. Pas de panique toutefois, ces résultats sont conformes aux prévisions des analystes.

Pour l'ensemble de 2007, Eni confirme son objectif d'une production stable par rapport au 1,77 millions de bpj enregistré en 2006, avec un baril de Brent à 55 dollars.

"Les résultats du troisième trimestre confirment la capacité d'Eni à générer de solides résultats, dans un scénario caractérisé par l'appréciation de l'euro par rapport au dollar, qui a plus que compensé la hausse du prix du pétrole, et d'une baisse des marges de raffinage et de commercialisation du gaz", a ainsi commenté Paolo Scaroni, administrateur délégué d'Eni cité dans le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :