Altice-Numéricable veut prendre le contrôle de Completel

 |   |  321  mots
Altice va prendre le contrôle de l'opérateur télécoms Completel. Cette opération permettra à sa filiale Numéricâble d'entrer sur le marché des entreprises.

Altice, actionnaire du câblo-opérateur Numéricable, a annoncé ce jeudi avoir conclu un contrat d'acquisition portant sur environ 21% du capital de Completel, pour un prix compris entre 35 et 35,50 euros par action. Cette opération s'est effectuée par l'intermédiaire de Altice B2B France, détenu par les fonds Altice (51%) et Cinven (49%). Elle valorise l'opérateur télécoms spécialisé sur le marché des entreprises à 660 millions d'euros.

L'acquisition d'une participation supplémentaire de 34%, "sous conditions suspensives exclusivement en sa faveur", sera réalisée le 17 septembre au plus tard au prix de 35,50 euros par action et permettra à Altice B2B France de prendre 55% du capital et donc le contrôle de Completel Europe. Altice B2B France devra alors déposer un projet d'offre publique d'achat simplifiée portant sur le solde des actions de Completel non détenues, au prix de 35,50 euros par action.

Un analyste interrogé par l'agence Reuters estime que l'opération est cohérente sur le plan stratégique pour Numericable, car elle étend la pénétration du câblo-opérateur et lui permet d'entrer sur le marché des entreprises. Un deuxième analyste juge le montant de l'opération trop élevé pour un groupe comme Numericable qui possède déjà un réseau étendu. Il ajoute également que cela devrait mettre fin aux rumeurs d'intérêt de Numericable pour Iliad, maison mère du fournisseur d'accès à Internet Free, qui avaient surgi en début d'année.

Completel est un opérateur de services télécoms et Internet pour entreprises, de droit néerlandais mais dont l'activité est concentrée en France. Il a enregistré une perte nette de 37,7 millions d'euros en 2006 pour un chiffre d'affaires total de 233,3 millions d'euros.

Peu avant 11 heures, l'action Completel gagnait 13,12% à 35,10 euros. Depuis le début de l'année, le titre a pris plus de 45% sur fond de rumeurs récurrentes de vente.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :