Le fonds PAI aurait renoncé à Valeo

Les négociations relatives à un rachat de l'équipementier auraient achoppé sur la question du prix. Le cours de Bourse a gagné près de 24 % depuis janvier.

Thierry Morin, président de Valeo, s'était donné le mois de juin pour discuter avec les fonds de capital-investissement intéressés par un rachat de l'équipementier automobile français. Juin s'achève demain et le dernier fonds encore en lice, le français PAI Partners, aurait jeté l'éponge, selon notre confrère le "Financial Times". Valeo n'est pour l'instant pas joignable pour commenter cette information.

PAI aurait ainsi emboîté le pas aux fonds Cerberus et Apollo. Il y a deux mois environ, les deux américains avaient refermé le dossier Valeo, toujours selon des informations de presse. Les négociations auraient achoppé sur la question du prix. Il faut dire que l'action Valeo a grimpé de près de 24 % depuis le début de l'année, à 39 euros aujourd'hui, sous l'effet, précisément, de rumeurs de rachat du groupe par des fonds.

En avril, déjà, le financier Guy Wyser-Pratte, entré au capital de Valeo en juin 2006, avait vendu sa participation de 3 %, persuadé que l'action était devenue trop chère pour qu'un fonds puisse monter un LBO (Leverage Buy-Out : acquisition par recours à l'endettement) sur Valeo avec un retour sur investissement intéressant. En revanche, le fonds Pardus, qui n'a cessé de se renforcer dans Valeo depuis le début de l'année, est toujours présent. Avec plus de 15 % du capital, l'américain est le premier actionnaire du groupe.

Pardus est très présent, même. Lors de l'assemblée générale de Valeo, le 21 mai, Pardus avait demandé la nomination de huit administrateurs (dont deux représentants de Pardus et six indépendants) au conseil de Valeo, qui devait être alors renouvelé. Thierry Morin avait jugé cette demande disproportionnée par rapport à la participation de Pardus. Le dirigeant redoutait également une prise de contrôle rampante de Valeo, et d'éventuels conflits d'intérêt, Pardus possédant 17 % de l'équipementier américain Visteon et plaidant pour un rachat de ce dernier par Valeo. Ce à quoi Thierry Morin s'était opposé, compte tenu des difficultés financières de Visteon. Les actionnaires individuels s'étaient rangés aux avis de Thierry Morin, et avaient voté contre les résolutions proposées par Pardus. Ce dernier avait réclamé que le nouveau conseil d'administration, présidé par Thierry Morin, procède à une revue de la stratégie du groupe au cours des prochains mois. Si PAI, Apollo et Cerberus ont jugé Valeo trop cher, Pardus est convaincu que l'action peut valoir plus encore.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.